Imprimer
Catégorie : Regions

La wilaya de Chlef s’attend à engranger une  récolte de près de 1,5 million de quintaux d’agrumes (toutes variétés  confondues), selon les prévisions de la direction locale des services agricoles (DSA).

"Cette production prévisionnelle est en hausse comparativement à celle de l’année dernière", a indiqué à l’APS le directeur des services agricoles,  Mokhtar Belaid, en marge d’une journée d’études sur les agrumes, à laquelle  ont participé des acteurs de la filière (agriculteurs, transformateurs,  Chambre d’agriculture, CNMA). Outre l’importance de la superficie agrumicole (6.500 ha), des conditions  climatiques favorables, ajoutées à la rénovation d’un nombre de vergers et  à la hausse du rendement à l’hectare, selon les premiers indices de  collecte enregistrés à ce jour, ont été cités à l’origine de cette hausse  de la production agrumicole à Chlef. Selon M.Belaid, la wilaya est classée parmi les leaders nationaux en  matière de production d’agrumes, en dépit de la réduction de la surface  destinée à cette culture, qui est passée de 10.000 à 5.400 ha, avant la  mise en oeuvre, ces trois dernières années, d’un programme de reboisement et  de renouvellement d’un verger global de 900 ha, qui était planté de vieux  arbres datant d’une soixantaine d’années. Le programme en question, lancé conjointement par la DSA, la Chambre  d’agriculture, l’Institut de protection des végétaux et le Centre d'étude  et de recherche en agrumiculture, vise l’intensification de cette culture  dans la wilaya à travers la mise en terre de près de 500 à 600 arbres à  l’hectare, a indiqué M. Belaid, soulignant la "qualité des plants mis en  terre, dont les fruits pourraient être destinés à l’exportation". Dans son intervention, à l’occasion, la responsable du Centre d'étude et  de recherche en agrumiculture, Malika Meziane, s’est félicitée de cette  rencontre entre les acteurs de la filière, visant l’examen des moyens de  son développement, ceci d’autant plus que la wilaya de Chlef a été  sélectionnée par le ministère de tutelle pour abriter un Pôle agrumicole,  a-t-elle signalé. Formé de chercheurs de l’université Hassiba Ben Bouali, le Centre d'étude  et de recherche en agrumiculture a pour mission l’accompagnement des  agrumiculteurs dans le développement de la filière, en les informant  notamment des dernières techniques exploitées dans le domaine, a fait  savoir Mme. Meziane. Des agriculteurs ayant pris part à cette journée d’études ont exprimé, à  l’APS, l’importance de ce type d’activités, pour eux, car leur permettant  de se "rapprocher des différents acteurs du domaine, tout en échangeant les dernières nouveautés relatives à la filière ", ont-ils indiqué.

APS