Le Programme d’Appui à la Diversification de l’Economie pour le secteur de la pêche et de l’aquaculture (DIVECO 2),  initié par les pouvoirs publics en partenariat avec l’Union Européenne,  donne une grande importance à la formation des formateurs devant prendre le  relais,

a souligné jeudi, à Oran, l’expert du programme en charge de la formation. Destiné à plus de 120 bénéficiaires, ce plan compte toucher l’ensemble des  cadres chargé de la formation dans le secteur de la pêche, a précisé Igor  Besson, expert chargé du programme de formation de DIVICO, en marge d’une  session de trois jours qui a pris fin à l’Institut des techniques de la  pêche et de l’aquaculture (ITPA) d’Oran. "Le plan de formation général a été initié en 2017, suite à une analyse  des besoins du secteur administratif de la pêche en Algérie constitué de  2.000 personnes", note Igor Besson, ajoutant que ce plan, s’étalant sur  trois ans (2017/2020), inclut l’ensemble des métiers du secteur  administratif, allant des agents de sécurité jusqu’aux directeurs, passant  par les techniciens, les informaticiens, les secrétaires et autres corps. "Nous avons analysé la stratégie de planification aqua- pêche 2015/2020 et nous avons accompagné nos partenaires algériens pour élaborer un plan de  formation sur trois ans", a-t-il expliqué, ajoutant qu’une grande  importance est accordée à la formation des formateurs, qui devront prendre  le relais à la fin du programme en 2020. Depuis le lancement du programme en 2017, une vingtaine de formateurs en  ingénierie pédagogique ainsi qu’une quarantaine dans le domaine du contrôle  sanitaire et de l’évaluation scientifique des risques, ont été formés. Une série de cinq formations au profit d’une dizaine de cadres techniques  du laboratoire du Centre national de la recherche et du développement de la pêche (CNRDP) est en cours préparation, a-t-il ajouté.

APS