La direction du commerce de la wilaya de  Khenchela a réquisitionné 617 opérateurs économiques pour  assurer la  permanence entre les 21 et 25 du mois d’août en cours, en prévision de l’Aïd El Adha, a indiqué le directeur local du secteur par intérim,  Oualid Charfa.

Dans une déclaration à l’APS, le même responsable a précisé que 378  commerçants d’alimentation générale, 71 boulangers et 160 autres, toutes  activités confondues (cafés, restaurants, services de téléphonie) ont été  mobilisés à travers les 21 communes de la wilaya. S’agissant de l’approvisionnement en produits alimentaires de large  consommation durant les deux jours de cette fête religieuse, le même  responsable a indiqué que 2 laiteries et 6 minoteries seront disponibles  dans la wilaya pour répondre aux besoins des citoyens et assurer continuité de la production avant et après cette période. Il a ajouté dans ce même contexte que des équipes de contrôle composées de 33 agents répartis sur 3 inspections territoriales ont été mobilisées pour  veiller à l’application de ce système de permanence et garantir la  disponibilité de ces produits. Des sanctions sévères pouvant aller de 100. 000 dinars d’amende jusqu'à la  fermeture obligatoire, seront infligées aux commerçants qui ne respecteront pas ce programme de permanence, a fait savoir la même source.

 

Hausse sensible des prix des moutons de l’Aïd à travers les différents points de vente 

Une hausse sensible des prix des moutons de  l’Aïd El Adha a été enregistrée dans la wilaya de Khenchela et ce à  travers les points de vente du chef lieu de wilaya et des communes de  Chechar et d’El Mahmal. Le prix d’un mouton de taille moyenne qui ne dépassait pas l’année  dernière 50.000 dinars est  proposé entre 50.000 et 60.000 dinars, a-t-on  relevé. Le prix d’agneaux, âgés de moins de 12 mois, a grimpé à plus de 40.000  dinars alors que  l'an dernier il affichait entre 30.000 et 40.000 dinars.  Les brebis sont cédé entre  30.000 et 40.000 dinars pour cet Aïd. Certains maquignons ont affirmé à l’APS que les intermédiaires sont à  l'origine de cette hausse des prix, affirmant qu’ils  profitent de  l’occasion de l’Aïd El Adha pour créer des points de ventes anarchiques en  vue de réaliser des gains faciles et rapides. Pour d’autres, la raison de la hausse des prix est due à la cherté des  aliments de ces bestiaux et aux charges que le maquignon cherche récupérer en augmentant le prix. Ils ont également considéré que "les prix affichés sont abordables"  par  rapport aux frais des charges que les maquignons payent. Les connaisseurs et autres "affranchis", au fait des dessous des marchés bestiaux à Khenchela attestent que les prix  vont continuer à grimper à  quelques jours  de l’Aïd El-Adha en raison des chutes de pluie et la  disponibilité des zones de pâturage, ce qui permettra aux maquignons de  vendre le reste de leur troupeau après l’Aïd tout en évitant les charges de  l’alimentation. D'autre part, cette hausse a suscité le mécontentement des citoyens notamment ceux aux revenus modestes qui souhaitent voir une baisse des prix  des moutons au cours de ce week-end pour pouvoir acquérir le mouton du  sacrifice. Pour certains "si les prix continueront à augmenter, cela privera beaucoup  de familles d’acquérir  un mouton pour l'Aïd". Il est à signaler que l’inspection vétérinaire relevant de la direction  des services agricoles (DSA) a consacré neuf (9) points autorisés pour la  vente des moutons de sacrifice dans les communes d’Ouled Rechache, d’El  Mahmal, de Chachar, de Babar, de Khenchela, de Kais, d’Aïn Touila, de  Bouhmama et de Beghai. Cette instance a également mobilisé plusieurs médecins vétérinaires pour  le contrôle du cheptel mis à la vente, a-t-on souligné.

APS