Le nouveau poste frontalier terrestre entre  l'Algérie et la Mauritanie, situé dans la wilaya de Tindouf, qui s’est inaugurée hier  par le ministre de l'Intérieur, des Collectivités  locales et de l'Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui et son  homologue mauritanien, Ahmedou Ould-Abdallah,

constitue "un apport  qualitatif" dans les relations de coopération bilatérale. L'ouverture de ce nouveau passage frontalier situé aux point kilométrique  PK-75 au sud de Tindouf intervient conformément à volonté commune du  président de la République Abdelaziz Bouteflika et de son homologue  mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz, et en application des recommandations  de la 18ème session de la Haute commission mixte algéro-mauritanienne,  tenue le 20 décembre 2016 à Alger. Baptisé du nom du Chahid de la glorieuse Révolution nationale, Mustapha  Ben Boulaïd, ce passage constitue --selon un communiqué du ministère de  l'Intérieur et des Collectivités locales et de l'Aménagement du  territoire-- "un apport qualitatif dans les relations de bilatérale privilégiées" dans tous les domaines: politique, économique,  social et sécuritaire, un moyen de développement et de désenclavement de  cette région frontalière, à travers la facilitation de la circulation des  personnes et l'intensification des échanges commerciaux entre les deux  pays, d'une part, et avec les autres pays d'Afrique de l'ouest, part, mais aussi un outil "de consolidation de la coopération sécuritaire  et de lutte contre le terrorisme et le crime organisé, aux mieux des  intérêts des deux Etats". Ce poste frontalier constitue un acquis socioculturel et un moyen en vue  de consacrer les liens sociaux, culturels et historiques existant entre les  peuples des deux pays"Tous les moyens humains et matériels ont été mobilisés, ainsi que des  équipements "modernes", pour faciliter la circulation entre les deux pays,  via ce poste, et atteindre les "objectifs tracés", a déclaré à l'APS, le  Chef de Daïra de Tindouf, Abdelhak Bouziane, expliquant que cette structure  "permettra la création d'une dynamique économique et le développement des  régions frontalières des deux pays". Le président de la chambre de commerce et d'industrie de la wilaya Tindouf, Abiri Nouh a précisé, de son côté, que cet acquis serait  "économiquement bénéfique" aux deux pays et aux pays d'Afrique de l'Ouest,  en facilitant les échanges commerciaux, soulignant que ce poste permettra  aux opérateurs économiques algériens d'accéder aux marchés d'Afrique de  l'Ouest, vu la demande croissante sur le produit algérien. Ce passage frontalier est une opportunité "en or" pour les habitants Tindouf, car à même de s'ériger en axe commercial stratégique, dès son  ouverture, a-t-il estimé.

APS