Une nouvelle campagne de nettoyage a été lancée,  samedi, par l’EPIC "Mitidja Nadhafa" en vue de l’éradication des décharges  anarchiques de déchets, qui se sont proliférées dernièrement à travers les  quartiers et artères de Blida, au grand dam des citoyens de cette cité, 

réputée pour son joli nom de "Ville des roses". Selon le directeur de cette entreprise, Abdelkader Arrabi , près de 1.400  agents de "Mitidja Nadhafa" ont été repartis, dès les premières heures de  la journée , au niveau des 25 communes de la wilaya, dont une grande partie  dans celle de Oued Aicha et Blida, sièges actuellement d’une prolifération  inédite d’ordures au niveau de leurs cités et artères. Le responsable a imputé cette situation à une hausse de l’ordre de 52%  dans le volume des déchets, suite à la fête du sacrifice (Aïd El Adha). M. Arrabi a fait cas, à ce titre, de l’enlèvement de près de 1.400 tonnes  de déchets durant le premier jour de l’Aïd et de 2.900 autres tonnes au  2eme jour, au moment où la wilaya enregistre habituellement une levée de  900 tonnes de déchets/Jour. Il a, également, cité en cause l’ "absence d’une prise de conscience chez  les citoyens qui ne savent que se plaindre" au lieu de "marquer leur  contribution dans la préservation de l’environnement " a-t-il dit, en dépit  des campagnes d’information régulièrement initiées dans l’objectif du  respect des heures de passage des camions de ramassage des déchets. "Seul  un taux minime de citoyens respectent ces horaires, conduisant ainsi à  l’amoncèlement des déchets", a-t-il déploré. Cette campagne d’hygiène de rattrapage se poursuivra jusqu’à l’  "éradication définitive des points noirs et des décharges anarchiques ayant  défiguré le paysage de la wilaya de Blida, qui avait réussi dernièrement à  restituer sa belle image, grâce à de nombreuses campagnes de boisement et  d’embellissement", est-il signalé de même source.

Les amas d’ordures source de craintes liées à la  prolifération de maladies  

La prolifération des déchets au niveau du nombre de communes de la région,  dont particulièrement Blida et Oued Aiche et sa coïncidence avec  l’apparition d’une épidémie de choléra, a suscité une vague de peur et de  panique chez les citoyens, ayant contraint les autorités locales au  lancement de cette campagne de rattrapage pour endiguer la situation. En effet, le visiteur de Blida est interloqué par la grande quantité de  déchets jonchant les trottoirs au niveau de tous les quartiers de la ville,  sans exception aucune. Une situation constituant un véritable risque pour  la santé publique, dont particulièrement les quartiers mitoyens aux marchés  des fruits et légumes, à l’instar de ceux de Soucia, Be D'air, et le marché  Mohamed Kessab, mitoyen à la gare routière. Cet état de fait a acculé les habitants de la wilaya à exploiter les  réseaux sociaux ( facebook) en vue d’inciter les autorités à trouver une  solution à ce problème menaçant leur santé et celle de leurs familles, dont  particulièrement leurs enfants, qui jouent prés de ces ordures . Des photos avec plusieurs commentaires sont mises en ligne, afin  d’exprimer leur désarroi et pousser les responsables à prendre les mesures  adéquates pour préserver la santé publique.

APS