Imprimer
Catégorie : Regions

La direction des ressources en eau de Tipasa a  annoncé, samedi, le lancement de travaux de réaménagement au profit de la  source de Sidi Lekbir, de la commune de Hameur El Ain.

Cette source a été fermée par les autorités locales, sur la base des  résultats des analyses de l’Institut Pasteur, qui avaient confirmé la non  potabilité de son eau, suite à l’apparition de l’épidémie de choléra dans  nombre de wilayas. Les travaux de réaménagement de cette source de Sidi Lekbir ont été  lancés, vendredi, par l’entreprise en charge de ce projet, dont la  livraison est attendue "dans un mois", a indiqué à l’APS le directeur de  l’hydraulique, Ramdane Kerbadj, soulignant l’accélération des procédures  administratives inhérentes à cette opération sur la base des instructions  du wali. L’opération consistera, a-t-il expliqué, dans le remplacement des  conduites de cette source d’eau (de la source au déversoir), et  l’aménagement de son périmètre et son nettoyage, et ce dans un délai  compris entre 20 à 30 jours , tout en prenant en considération l’aspect  esthétique du site, placé sous le contrôle périodique de la direction de  l’hydraulique, a-t-il informé. Des analyses minutieuses seront réalisées dans des laboratoires de haut  niveau, en vue de vérifier la potabilité des eaux de cette source, avant sa  remise à disposition des citoyens, a-t-il dit. A noter que la décision de fermeture de cette source intervient suite aux  résultats des analyses réalisées par l’Institut Pasteur, qui a confirmé la  "non potabilité" de son eau. Une décision rejetée par la population de  Hameur El Ain, qui affirme la "potabilité des eaux de la source de Sidi  Lekbir". Le directeur de l’hydraulique de la wilaya a déclaré la prise de toutes  les mesures susceptibles de garantir l’approvisionnement des citoyens en  eau potable à travers les robinets, parallèlement au contrôle des sources  d’eau disséminées à travers la wilaya, au nombre de 200. Le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière  avait indiqué, vendredi, dans un communiqué, qu'"à la date du 30 août, 74  cas de choléra ont été confirmés". Ces cas confirmés ont été enregistrés dans les wilayas de Bouira (3 cas),  Blida (39 cas), Tipaza (15) et Alger (15), outre un (1) cas dans chacune  des wilayas de Médéa et Ain Defla, précise le ministère Le même communiqué souligne que les patients sortants, donc considérés  comme guéris, "sont de 132, soit 66% de l'ensemble des hospitalisations",  notant que les malades restants sont hospitalisés au niveau de l'EPH de  Boufarik. "Cette épidémie est actuellement circonscrite au niveau de la wilaya de  Blida", selon le ministère, qui précise que pour les cas enregistrés dans  les wilayas de Médéa et de Ain Defla, il s'agit "de cas ayant séjourné à  Blida".

APS