Plusieurs associations spécialisées dans les  questions de l’environnement se sont imposées ces dernières années dans la  wilaya d’Ouargla, à travers leurs actions de bénévolat visant la protection  de l’environnement et l’ancrage de la culture environnementale chez le  citoyen.

Ces associations oeuvrent à travers leurs programmes à développer la prise  de conscience du citoyen sur la préservation d’un environnement sain à  l’abri des facteurs de prolifération de maladies. L’association "les Amis de l’environnement", créée en 2015 par des  bénévoles du quartier Said-Otba (périphérie d’Ouargla), s’implique aux  divers efforts et actions de nettoiement et d’hygiène et d’éveil de la  conscience citoyenne pour s’associer aux initiatives visant un  environnement salubre et sain, a expliqué Mohamed Bentadj, membre de  l’association. De nombreuses personnes, notamment des jeunes, ont fait preuve d’un esprit  d’initiatives et d’entraide, à travers l’action bénévole consacrant les  valeurs d’une société homogène et cimentée, a-t-il souligné. "L’action de l’association ne consiste pas à nettoyer le milieu urbain,  mais s’étend à d’autres actions telles que le boisement tout au long de  l’année, s’étant traduit par la mise en terre près de 700 arbrisseaux de  différentes essences, dont des arbres d’alignement, près des mosquées, des  établissements scolaires, des cimetières et dans des lieux publics. Selon M. Bentadj, c’est les écoles primaires ou les petits élèves  constituent le terrain propice pour cultiver cette conscience  environnementale, que l’action de sensibilisation prend son sens, en les  associant aux campagnes de nettoiement des établissements, de boisement et  de décorations, de protection de l’environnement et des espaces verts. La création de clubs verts au niveau des établissements scolaires font  partie des mécanismes idoines pour l’ancrage de la culture environnementale  auprès des jeunes générations, du civisme et de la citoyenneté, ainsi que  de la lutte contre les comportements néfastes susceptibles de nuire au  milieu et d’engendrer des conséquences ravageuses sur la santé publique,  a-t-il ajouté. L’initiative a d’ores et déjà donné lieu à la naissance d’un club vert au  niveau de l’école primaire Hadj Aïssa Mesrouk de la commune de  Rouissat, en attendant sa généralisation au niveau d’autres établissements  scolaires. Ces clubs verts assument, entre-autres missions, la création de pépinières  et de jardins dans les enceintes des écoles, l’organisation de rencontres  aux objectifs de sensibilisation sur les problèmes environnementaux, la  réalisation d’exposés sur le thème de l’environnement et d’activités de  protection de l’environnement, ainsi que d’une bibliothèque et d’une  publication dédiées aux sujets inhérents à l’environnement. Composée de 15 membres, cette association entend mettre en place  prochainement des antennes à travers les autres communes de la wilaya pour  toucher le plus grand nombre de citoyens, les élèves notamment, et d’ancrer  un civisme environnemental pour la formation d’un bon citoyen, soutient  M.Bentadj. L’association "Takafoul Akhdar" (Entraide verte), du quartier Mekhadma  (Ouargla) lui emboite le pas, en optant pour la réalisation d’une série  d’opérations de préservation de l’environnement, dont le projet des  "Quartiers Verts" mené pour retrouver la beauté et l’hygiène des quartiers  et cités de cette velle saharienne, a indiqué le secrétaire général de  cette association.      Rabie Hocine a fait état, à ce titre, l’entreprise d’une série de  campagnes de nettoiement à travers les grands quartiers de Mekhadma, Sokra,  Bamendil, Bouamer et Tazegraret, en plus du nettoiement des cimetières, et  le boisement des rues et du tracé du tramway d’Ouargla.  

      

  Des initiatives locales pour la préservation de  l’environnement

Moult initiatives sont entreprises ces dernières années à travers la  wilaya d’Ouargla pour la préservation de l’environnement avec l’implication  de différentes couches sociales, en tant qu’élément essentiel dans le  processus de développement, selon la direction de l’environnement. Il s’agit de campagnes de nettoiement initiées en coordination avec  différents acteurs, les associations notamment, l’encouragement des actions  des jeunes en les dotant des moyens disponibles pour éliminer les décharges  anarchiques et les déchets entassés à travers les rues et quartiers. Menées périodiquement, ces actions ont permis l’éradication de 80% des  points noirs altérant l’image de la ville et l’exploitation des déchets 

dans le cadre de la gestion intégrée des déchets. Les initiatives ont influé positivement aussi bien sur l’environnement que  sur le cadre de vie de la population, ont estimé les responsables de la  direction de l’environnement.

APS