La réussite du programme spécial de  restructuration des chalets précaires de la cité El Gammas, de la ville de  Constantine, demeure "tributaire de l’implication des bénéficiaires",  appelés à respecter les délais et les procédures arrêtés par les pouvoirs  publics, a indiqué le chef de la daïra de Constantine, Azzeddine  Antri.

"Sur un total de 2 003 familles concernées par cette opération, 574  seulement ont retiré le permis pour démarrer les travaux après la  conclusion de toutes les démarches réglementaires s’agissant de l’établissement de l’acte et le retrait de l’aide financière accordée l’Etat", a souligné le même responsable. A ce propos, il a précisé que le reste des bénéficiaires n’ont pas encore déposé leurs dossiers en dépit de toutes les facilitations prévues par  l’administration locale qui a mobilisé 17 bureaux d’études chargés de l’accompagnement de ces familles. Le même responsable qui a fait part de l’élaboration de 1 755 actes (448  familles n’ont pas déposé leurs dossiers en raison de conflits notamment) et de l’octroi de 1 042 aides financières à ce jour (ceux qui  n’ont pas présenté de dossier n’ont pas bénéficié de l’aide), a insisté sur  l’importance d’une prise de conscience quant à l’importance de cette opération visant à améliorer les conditions de vie de la population ciblée. Rappelant les multiples facilitations mises en place par les autorités  locales s’agissant, notamment, de la réduction des coûts des taxes à payer  pour retirer le permis de construire et la validation des demandes  d’extension des assiettes abritant ces chalets, le même responsable a  appelé les familles concernées à saisir ces offres avant l’expiration des  délais fixés pour l’achèvement de cette opération. Une certaine réticence avait été manifestée par des centaines de concernées par cette opération qui voulaient plutôt bénéficier de logement à caractère social au lieu d’entamer des chantiers qu’ils ne pourront pas assumer du point de vue des charges et de la configuration des assiettes  dépourvues d’accès, a-t-on rappelé. A cette préoccupation, le chef de daïra qui a rappelé la mobilisation  d’équipes chargées de l’ouverture des voies obstrués par les occupants des  lieux eux-mêmes, a rappelé la réalisation d’une route de jonction reliant  ce quartier populaire à l’autoroute Est-ouest. A cet effet, il a ajouté que les familles voulant bénéficier de logement  social doivent attendre leur tour et déposer un dossier comme le stipule la  procédure pour tout le monde. Le quartier d’El Gammas a bénéficié récemment de plusieurs opérations de  mise à niveau de la délégation urbaine, du bureau de poste et de la  polyclinique, a encore rappelé le même responsable. Au sujet des logements sociaux, distribués récemment et encore inoccupés,  le même responsable a fait part de l’ouverture d’une enquête, invoquant  l’application de toutes les mesures répressives prévues par l’Etat en cas  d’utilisation illégale de ce type de logement.  Le même responsable, a d’ailleurs souligné que la femme décédée, vendredi  dernier, suite à l’effondrement partiel du toit d’une habitation située dans le quartier du 20 août 1955, communément appelé Aouinet  El-Foul, en contrebas de la rue Belouizdad, avait bénéficié en ce début  d’année d’un logement social situé à Massinissa.

APS