Imprimer
Catégorie : Actualite

Une convention de coopération a été signée mardi à Alger entre la compagnie nationale des hydrocarbures Sonatrach et l'Agence nationale d'appui et de développement de l'entrepreneuriat (Anade ex Ansej), portant sur le développement des micro-entreprises en leur confiant des projets entrant dans des segments d'activités de Sonatrach et/ou ses filières.

Ont signé la convention le PDG de la Sonatrach, Toufik Hakkar, et le DG de l'Anade, Mohamed Cherif Bouziane. Organisée au siège de Sonatrach, la cérémonie de signature s'est déroulée en présence du ministre de  l'Energie et des Mines, Mohamed Arkab, et du ministre délégué auprès du Premier ministre chargé des Micro-entreprises, Nassim Diafat. M. Arkab a estimé que la signature de cette convention permettra d'instaurer le cadre nécessaire pour faciliter la participation des micro-entreprises dans le développement des projets du Groupe Sonatrach dans les différents domaines des hydrocarbures, appelant à l'exécution de la convention "au plus vite". C'est, en outre, l'occasion pour les jeunes entrepreneurs "d'acquérir l'expérience requise" et la "maîtrise des techniques les plus récentes qui fera d'eux la force de frappe de l'Algérie dans le secteur des hydrocarbures", a-t-il expliqué. Pour sa part, M. Diafat a indiqué que cette convention diffère des précédentes du fait que Sonatrach et toutes ses filiales sont considérées comme "les fleurons" des entreprises algériennes. Cette convention représente, selon lui, le cadre juridique qui permet aux micro-entreprises de bénéficier des marchés qui seront mis à leur disposition à travers des cahiers des charges dans les différents domaines d'activité de Sonatrach et de ses filiales. Grâce à elle, ajoute-il, les jeunes qui aspiraient travailler à Sonatrach deviendront des chefs d'entreprises qui sous-traiteront avec ce groupe, expliquant que cette convention contribuera à la création d'un tissu de micro-entreprises et de start-up dans le domaine des hydrocarbures. M. Diafat a, de plus, appelé à la mise en place d'un dispositif de contrôle et de suivi de ces micro-entreprises en orientant le financement des jeunes et la création d'entreprises en fonction des besoins de Sonatrach afin d'apporter une valeur ajoutée. De son coté, M. Hakkar a estimé que la signature de cette convention s'inscrit dans la politique de Sonatrach de "soutien du contenu local et l'encouragement des micro-entreprises algériennes" à participer au développement du tissu économique et industriel du pays. Elle vise, selon lui, à l'ouverture des marchés et des projets du Groupe Sonatrach au profit de ces micro-entreprises dans l'optique de chercher de nouvelles entités capables de donner une nouvelle dynamique pour la réalisation des projets de Sonatrach. Le PDG du groupe pétrolier a souligné que Sonatrach et ses cadres mettront "leur expertise au service des micro-entreprises" leur assurant un accompagnement dans le domaine des hydrocarbures, qui "exige un niveau élevé de savoir faire". S'exprimant à son tour sur la signature de cette convention, M. Bouziane l'a qualifiée de "rendez-vous historique" du fait qu'un "géant" comme Sonatrach a ouvert ses portes aux micro-entreprises en leur permettant d'accéder aux cahiers des charges de ses projets, indiquant que cet accès était "l'une des entraves de l'entrepreneuriat dans le segment des micro-entreprises". Il a évoqué, en outre, le volet de l'accompagnement que le Groupe Sonatrach améliorera "en jouant son rôle d'entreprise citoyenne" à travers son soutien aux jeunes entrepreneurs et en les faisant profiter de son expertise. A noter qu'un comité paritaire sera installé au plus tard 30 jours après la signature de cette convention ayant pour mission le suivi de la mise en œuvre et l'exécution de la convention.

APS