Imprimer
Catégorie : Actualite

Le Secrétariat permanent du Conseil national des assurances (CNA) a annoncé la publication, sur son portail web ASSURAL (Assurances Algérie), de la note de conjoncture du marché national des assurances pour le quatrième trimestre et pour l’année 2020, portant les chiffres provisoires de la production et des sinistres du marché national des assurances de dommages, des assurances de personnes, ainsi que de la réassurance.

Par Abdelkrim Salhi

« Les sociétés d’assurance n’ont pas été épargnées par la crise sanitaire et les effets induits par les mesures de prévention et de lutte contre l’épidémie du coronavirus. C’est un secteur qui assiste à une baisse de ses revenus. Une baisse qui a touché pratiquement toutes les branches » relève le CNA. Au terme de l’exercice 2020, le marché des assurances marque, une régression de 6,1%, enregistrant, ainsi, un chiffre d’affaires (hors acceptations internationales) de près de 137,5 milliards de DA, contre 146,3 milliards de DA à la même période de l’exercice 2019. Quant aux acceptations internationales, elles marquent une hausse de 64,8%, comparativement au 31 décembre 2019, représentant un chiffre d’affaires additionnel de 3,8 milliards de DA. Selon la note de conjoncture, les assurances de dommages totalisent, au 31 décembre 2020, un chiffre d’affaires de 125,5 milliards de DA, en baisse de 5,1% par rapport à la même période de 2019.

L’assurance automobile chute de 9,2%

La branche « automobile » enregistre, à fin 2020, un chiffre d’affaires de 62,8 milliards de DA.  Comparativement à l’exercice 2019, cette branche enregistre une baisse de 9,2%, tirée vers le bas par les « risques non obligatoires » qui fléchissent de 10,5%, et détiennent 37,2% du marché des assurances de dommages et 74,4% du chiffre d’affaires de la branche. Bien qu’obligatoire, la « Responsabilité civile automobile » ne pèse que le quart du total de la branche (25,6%) et ne détient que 12,8% de parts, dans le marché des assurances de dommages, avec un chiffre d’affaires de plus de16 milliards de DA, contre un peu plus de 17 milliards de DA, en 2019, soit une décroissance de 5,4%. «En dépit de la légère amélioration du contexte sanitaire et de l’extension du réseau commercial de certaines sociétés, en 2020, la tendance baissière, enregistrée au niveau de cette branche, persiste » relève le CNA. Ce dernier explique cette baisse par, d’une part, par le confinement imposé par les pouvoirs publics, suite à la crise sanitaire, et qui a entrainé la fermeture d’un bon nombre de points de vente et de bureaux frontaliers et d’autre part, par le tarissement du marché des véhicules neufs, suite à la suspension de la production des usines de montage automobile et à la fermeture de plusieurs showrooms. En outre, l’instauration de la collecte de la Taxe sur la pollution dans la Loi de finances 2020 a lourdement impacté le chiffre d’affaires du secteur, influençant le choix de certains assurés en les obligeant à se rabattre sur les garanties les moins onéreuses. La branche Incendie et Risques Divers « IRD » marque une légère hausse de 1,3%, passant ainsi d’un chiffre d’affaires de près de 51,7 milliards de DA, en 2019, à près de 52,4 milliards de DA en 2020. « Malgré les retombées négatives de la crise sanitaire inédite liée à la Covid-19, qui a entrainé la cessation d’activité de plusieurs clients et la révision, à la baisse, des capitaux assurés, pour certains d’entre eux, la sous-branche « Incendie, explosions et éléments naturels » varie positivement de 8,5%, par rapport au 31 décembre 2019, et détient 76,6% du portefeuille de la branche « IRD » constate la note de conjoncture. Les contrats « Incendie-risques industriels » affichent, au terme de l’exercice 2020, une production de plus de 27 milliards de DA, occupant une part de 51,9%, dans la production de la branche, et réalisant une évolution positive de 15,4%, par rapport à la production affichée durant l’exercice 2019. « Cette dynamique de croissance a été rendue possible, grâce à la hausse des primes de certains contrats importants et à la concrétisation de nouvelles affaires » explique le CNA. Ce dernier indique, par ailleurs, qu’En dépit de la souscription de plusieurs nouveaux contrats et avenants de prorogation de délais de certains projets en construction, la production relative aux contrats « RC Décennale » a baissé de 23,5% et ce, suite à la suspension de réalisation de plusieurs chantiers. La sous-branche « Autres dommages aux biens » fléchit de 18,4%, par rapport à la même période de 2019, et occupe une part de 18,8% du portefeuille de la branche. À l’identique, les sous-branches « Responsabilités civiles », « Pertes pécuniaires diverses » et « Protection juridique » fléchissent, respectivement », de 6,8%, 33,7% et 89,9%. Les contrats souscrits au titre de la garantie « RC Exploitation – RC Générale » représentent 63,5% du portefeuille de la sous-branche « Responsabilités civiles » dont la production régresse de 13,8%. Un repli de près de 12% est également observé au niveau des souscriptions « Cat-Nat » qui affichent, au 31/12/2020, un chiffre d’affaires de 5,6 milliards de DA, contre un montant de 6,4 milliards de DA, réalisé au 31 décembre 2019. Les assurances agricoles représentent, au 31 décembre de la dernière, seulement 1,8% du chiffre d’affaires des assurances de dommages. L’effort des sociétés commercialisant les produits agricoles n’a pas permis l’essor de cette dernière puisqu’elle recule, fortement, d’un taux de 17,8%, comparativement à l’exercice 2019. La branche « Transport » a chuté de 5,1 %. Comparativement à l’exercice 2019, les primes émises réalisées, au titre de l’assurance « Crédit » durant l’exercice 2020, régressent de 9%.

Baisse de 15% des assurances de personnes.

Les réalisations des assurances de personnes, à fin 2020, sont de près de 12 milliards de DA, en régression de plus de 2 milliards de DA par rapport à 2019, soit un taux de 15,2%, conséquence de la baisse observée sur toutes les branches, exceptée la branche « Prévoyance collective ». La branche « Accident » réalise, au 31 décembre 2020, un chiffre d’affaires de plus de 1,3 milliard de DA, contre près de 1,7 milliard de DA, à la même période de 2019, soit une régression de 18,1%, expliquée par la suspension des activités sportives et les visites aux sites touristiques par mesure préventive à la propagation du virus COVID-19. Une légère baisse est observée au niveau de la branche « maladie » (-0,9%), passant d’un chiffre d’affaires de 100,4 millions de DA, au 31 décembre 2019, à 99,5 millions de DA, à la fin de l’année passée, due à la résiliation et le non renouvellement de certains contrats. La production cumulée par la branche « Assistance » s’élève à 747,7 millions de DA, à fin 2020, en décroissance de 71,8%, suite à la suspension de la commercialisation de la garantie « Rapatriement de corps » et le repli de la garantie « Assurance voyage », conséquemment à l’annulation des vols et la fermeture des aéroports. La branche « Vie-décès » domine les assurances de personnes avec un taux de 42,4% du total et affiche, au 31 décembre 2020, une production de plus de 5 milliards de DA, soit une dépréciation de 4,8%. Le repli de la branche s’explique, principalement, par la réduction, en 2020, au titre de la « Temporaire au décès », liée à l’assurance-crédit, suite à l’arrêt de la commercialisation des véhicules montés localement. La branche « Capitalisation » enregistre, au titre de l’exercice 2020, un chiffre d’affaires de 11 745 DA, contre près de 3 millions de DA, à fin 2019, marquant, ainsi, une décroissance drastique de 99,6%, expliquée par le non-paiement des cotisations et le rachat de certains contrats. La branche « Prévoyance collective » fait l’exception au sein de l’activité des assurances de personnes, en évoluant positivement de 7,3%, soit une réalisation de plus de 4,6 milliards de DA, à fin 2020, engendrée par la concrétisation de nouvelles affaires et le renouvellement des contrats.

Hausse des provisions pour sinistres à payer

Les sinistres déclarés du secteur des assurances affichent un montant de 70,2 milliards de DA à la fin de l’année passée, contre un montant de près de 84,8 milliards de DA, à l’année 2019, soit une régression de 17,2%. Le total des indemnisations versées s’établit, au 31 décembre 2020, à près de 60,8 milliards de DA, en repli de 17,8%, par rapport aux règlements opérés au terme de l’exercice 2019. Par ailleurs, le volume des provisions pour sinistres à payer enregistre une hausse de 5% par rapport à celui clôturant l’exercice 2019, atteignant un montant de près de 85 milliards de DA. Le taux de règlement du marché des assurances marque un recul de 16,3%, par rapport à la même période de l’exercice précédent, conséquemment à la baisse observée au niveau des assurances de dommages ainsi que des assurances de personnes.

A.S.