Le ministre délégué auprès du premier ministre chargé de l’économie de la connaissance et des start-up, Yacine El-Mahdi Oualid a souligné à Oran que les start-up seront le pilier de l’économie nationale, édifiée sur la science, la connaissance et l’innovation et seront une locomotive de développement.

Dans son allocution d’ouverture des travaux de la conférence régionale sur les start-up, organisée par son département ministériel au centre des conventions "Ahmed Benahmed" d’Oran, le ministre délégué a indiqué, que "l’édification d’une économie forte nécessite la conjugaison des efforts pour la création d’un tissu de start-up capables de relever les différents défis auxquels le pays fait face, économiques notamment". A ce propos, Yacine El-Mahdi Oualid a indiqué que "l’Algérie fait aujourd'hui face à des défis dans tous les domaines, et tout particulièrement dans ceux de la transition numérique, énergétique et économique. Notre pays a besoin, plus qu’avant, à la science, à la connaissance et à l’innovation, ainsi qu’à la valeur ajoutée qui sera apportée par les idées de notre jeunesse". Le ministre délégué a souligné que le passage d’une économie de rente à une économie de production nécessite l’avènement d’une rupture avec les anciennes pratiques bureaucratiques. "Il s’agira également de mettre la main dans la main et aspirer à édifier une économie forte, basée sur les compétences, issues des universités algériennes, capables de concrétiser leurs idées avec le soutien de l’Etat, à travers les différents dispositifs mis en place pour la promotion et le soutien de ces start-up", a-t-il ajouté. "Ce soutien apporté par l’Etat aux porteurs de projets innovants et aux start-up traduit sa forte volonté de mettre en place une base solide en vue d’édifier une économie nationale axée sur la production, avec un soutien solide aux entreprises créatrices de richesses et d’emplois", a-t-il encore ajouté. Abordant les activités de son département ministériel, Yacine El- Mahdi Oualid a souligné que trois axes essentiels ont été pris en compte, à savoir le cadre juridique et réglementaire des start-up, les mécanismes de leur financement et les institutions les accompagnant. Le département de Yacine El- Mahdi Oualid a travaillé avec plusieurs ministères, dont ceux de la Justice, des Finances, du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité Sociale, dans le but de mettre en œuvre les différentes mesures réglementaires, de financement et d’accompagnement, rappelle-t-on. Le ministre délégué a également fait part des différentes démarches entreprises pour soutenir les start-up, à l’instar de la création du Fonds national pour le financement des startups permettant un financement en adéquation avec la nature des entreprises innovantes, en plus du soutien des incubateurs des travaux qui sont, selon lui, "une réelle fenêtre des start-up sur le développement, notamment du point de vue de l’accompagnement des jeunes dans la formation, le marketing et le management". A ce propos, il a affirmé que son département ministériel s’est attelé à préparer un plan de travail pour la création d’au moins un incubateur au niveau de chaque wilaya, des instances appelées, selon lui, à "jouer un grand rôle pour concrétiser les idées innovantes et les mettre sur le marché comme produit". Dans ce contexte, il a annoncé le lancement prochain de plusieurs incubateurs dans les différentes wilayas de l’ouest du pays. De son côté, M. Ali Zerrouki, directeur général de l’accélérateur des start-up "Algeria Venture" a abordé les mécanismes mis en place par son instance, créée début mars en cours, notamment en ce qui concerne le soutien des jeunes porteurs de projets innovants et les aider dans la recherche de marchés locaux et étrangers pour la commercialisation de leurs produits.  M.Zerrouki a appelé les jeunes innovateurs à se rapprocher de cet espace, qui représente, selon lui, une valeur ajoutée pour l’économie nationale, à travers l’accompagnement des start-up dans la concrétisation de leurs idées, à travers un regard neuf et un esprit entrepreneurial. D’autre part, l’ouverture de la conférence a été marquée par l’allocution prononcée par le premier ministre, Abdelaziz Djerrad, par visio-conférence, dans laquelle il a souligné l’engagement du Gouvernement à soutenir les innovateurs algériens, où ils se trouvent, afin d’édifier une économie nationale moderne. La conférence a également vu la présence des ministres de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique Abdelbaki Benziane, de l’Energie et des Mines Mohamed Arkab, de la Poste et des Télécommunications Brahim Boumezar, ainsi que le conseiller du Président de la République chargé du mouvement associatif et de la communauté algérienne à l’étranger Nazih Berramadane, en plus des walis d’Oran, de Mostaganem et de Sidi Bel-Abbes. Des experts nationaux et internationaux participent à cette conférence régionale dont les intervenants aborderont plusieurs sujets concernant la technologie des finances et les technologies d’assurance, le "cloud computing", le transport et les services logistiques. Les lauréats du concours des projets innovants sur les thèmes de la conférence seront annoncés, lors de cette rencontre, à laquelle participent 160 étudiants dont neuf (9) projets ont été choisis pour participer à la phase finale. Les travaux seront évalués par une commission composée d’experts. Des conférences régionales similaires dédiées à d’autres thèmes seront organisées à Ghardaïa et Constantine. Une conférence nationale est prévue à Alger en octobre prochain, rappelle-t-on.

Plus de 300 entreprises émergentes obtiennent le label Start-up

Plus de 300 entreprises émergentes et initiatrices d'un projet innovant au niveau national ont obtenu le label "Start-up" accordé par le comité national habilité, a-t-on appris du ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de l'économie de la connaissance et des start-up, Yacine El Mahdi Oualid. "L'octroi de la marque permettra à ses bénéficiaires d'obtenir plusieurs avantages, notamment un financement par le fonds d'investissement, crée par le ministère et l’accompagnement, en plus de plusieurs exonérations fiscales qui sont accordées en vertu de la loi de finances 2021", a précisé le ministre délégué en marge d’une conférence régionale sur les start-up, organisée par son département ministériel au Centre des conventions Mohamed Benahmed d’Oran. Une start-up est toute entreprise soumise au droit algérien qui respecte les normes et conditions. Son âge ne doit pas dépasser 8 ans et son modèle d’affaires dépend de produits, de services ou de toute idée innovante. Yacine El Mahdi Oualid a annoncé, dans ce contexte, l'ouverture d'une succursale de l'accélérateur de start-up "Algeria Venture" dans la wilaya d'Oran, qui sera suivie par l'ouverture d'autres succursales dans différentes wilayas prochainement, a-t-il assuré. Abordant la conférence régionale des start-up, le ministre délégué a souligné que l'organisation de tels événements scientifiques au niveau régional vise à "créer une véritable dynamique d'innovation au niveau des sociétés émergentes dans diverses régions du pays", ajoutant que des conférences régionales similaires seront organisées à Ghardaia, Constantine et à Alger. En marge de la rencontre, Yacine El Mahdi Oualid, accompagné des ministres de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Abdel-Baki Benziane, de l'Energie et des Mines, Mohamed Arkab, de la Poste et Télécommunications, Brahim Boumzar, a visité une exposition des start-up comprenant 20 entreprises de différentes wilayas dans l'Ouest du pays. Les ministres ont encouragé les jeunes innovants à persévérer pour concrétiser leurs projets émergents et conférer de la valeur ajoutée à l’économie nationale.

T.A.