Imprimer
Catégorie : Actualite

Le Fonds estime que pour donner toute l’assurance au véritable démarrage de ses activités, qui est garant de la pérennité du fonds, il est nécessaire de multiplier les canaux de collecte à l’instar de l’ouverture à de nouveaux espaces professionnels, en dehors des entreprises économiques, et de déployer effectivement le e-paiement qui pourrait débloquer la situation et faire évoluer rapidement le fonds vers de meilleures perspectives.

Les résultats de l’activité actionnariat dans le capital du Fonds de soutien à l’investissement pour l’emploi (FSIE), qu’elle soit par le procédé de la retenue à la source auprès des entreprises ou celui de la souscription directe auprès du public, demeurent très faibles, voire en deçà des objectifs tracés par la direction de la société. C’est ce qui ressort du rapport annuel 2020, de la Commission d'organisation et de surveillance des opérations de bourse (Cosob). « Le capital-actions souscrit au titre de l’exercice 2019 s’élève à 7.182.800 DZD représentant 301 souscripteurs dont 264 par le procédé « retenue sur salaire » et 37 souscripteurs via la procédure directe auprès du grand public » relève le Cosob. Ce capital correspond à la vente par le Fonds de 35.917 actions. Le rapport rappelle que le prix de souscription d’une action FSIE est de 200 dinars. Comparativement à l’exercice 2018 qui enregistrait un montant souscrit de 8.687.800 dinars, la Cosob relève un recul de plus de 17% en matière de souscription. Le fonds explique cette baisse par, la stagnation de la souscription par le procédé « retenue sur salaire » qui doit faire l’objet d’une révision ainsi qu’une mobilisation des organisations syndicales partenaires. Il évoque, également, la non prise en charge adéquate, au niveau des points de ventes, par les partenaires syndicaux de leurs engagements tels que prévus par les conventions liant les deux parties. Par ailleurs la vente par internet est en phase de démarrage. « A la fin de l’année 2019, le fonds compte 5.113 actionnaires contre 5.103 actionnaires en 2018 » lit-on dans le rapport. Le nombre cumulé des actions souscrites, depuis le lancement du fonds en 2009, est de 280.867 actions contre 261.764 actions en 2018, soit une évolution de 7%. Le capital global engrangé est de l’ordre de 56,2 millions de DZD contre 49 millions de dinars en 2018. « Sur les nouvelles formules de souscription, le fonds annonce la mise ne place de la souscription par le procédé « retenue sur comptes CCP » dont le nombre de souscripteurs potentiels est considérable, étant donné que le nombre de détenteurs de comptes avoisine les 11 millions de clients ». La mise en œuvre de cette formule, indique-t-on, entrera en vigueur dès l’aboutissement des discussions avec Algérie Poste et la signature d’une convention entre le FSIE et cette institution financière. En matière de placement, La direction du Fonds continue à privilégier, durant cette phase, le placement dans les valeurs d’Etat (60%), les dépôts à termes (30%) et les actions et obligations cotées (10%) en attendant l’accroissement des ressources financières issues de la souscription « épargne retraite » pour entamer les prises de participation dans le capital des sociétés PME. « Le Fonds estime que pour donner toute l’assurance au véritable démarrage de ses activités, qui est garant de la pérennité du fonds, il est nécessaire de multiplier les canaux de collecte à l’instar de l’ouverture à de nouveaux espaces professionnels, en dehors des entreprises économiques, et de déployer effectivement le e-paiement qui pourrait débloquer la situation et faire évoluer rapidement le fonds vers de meilleures perspectives » souligne le rapport de la Cosob. Pour rappel, le FSIE a été créé en vertu des dispositions de la loi de finances pour 2005, notamment ses articles 58 à 62. Il a le statut d’une « société par actions à capital variable ». Le Fonds, doté d’un capital social de 350 millions de DZD, a pour mission de canaliser jusqu’à la moitié de l’épargne collectée auprès des travailleurs salariés vers des projets de développement économique à travers des prises de participation sous forme d’actions et de titres participatifs.

A.S.