Le secteur du Commerce compte rendre "obligatoire" l'utilisation des moyens de paiement électronique dans les transactions commerciales et de services, a affirmé à Alger le ministre du Commerce, Kamel Rezig.

Supervisant l'ouverture des journées de sensibilisation sur l'e-commerce et le paiement électronique, organisées par la Commission nationale du numérique et de la sécurité informatique de l'Association nationale des commerçants et des artisans (ANCA) à Riadh el-Feth (Alger), le ministre a indiqué que le secteur encourage les citoyens et les opérateurs économiques à s'orienter vers les services électroniques fournis par les institutions de l'Etat et vers la généralisation des moyens d'e-paiement dans les surfaces commerciales. Le secteur a promulgué récemment un arrêté ministériel portant réduction du coût des opérations qui se font avec le Centre national du registre de commerce (CNRC), à hauteur de 20%, si ces opérations se font via e-paiement, a-t-il indiqué. Le secteur déploie actuellement ses efforts avec les établissements financiers et les banques, en vue de réduire la valeur des taxes appliquées aux commerçants lors de l'utilisation d'e-paiement. "Il y a une grande utilisation de cette technique et une augmentation continue de l'emploi des Terminaux de paiement électronique (TPE). C'est pourquoi nous avons demandé aux banques de faire des efforts concernant la réduction taxes appliquées aux commerçants lors de l'utilisation du paiement électronique, en vue de les encourager à adopter cette technique", a-t-il expliqué. Selon le ministre, plus de 1.700 entreprises ont utilisé le paiement électronique en 2020. Des efforts sont en cours pour accorder davantage de facilités aux commerçants, artisans et professionnels afin de les inciter à utiliser ce mode de paiement moderne, a-t-il fait savoir. M. Rezig a, dans ce cadre, rappelé le lancement, début mars, du portail électronique de création d'entreprises, qui permet aux opérateurs de s'inscrire au registre de commerce en ligne et d'obtenir le registre de commerce électronique (RCE) en l'espace de 2 à 12 heures. La création d'un registre de commerce électronique est moins onéreuse et ne nécessite qu'une photocopie de la carte nationale d'identité. A cette occasion, le ministre a invité les associations professionnelles, les unions et les associations de consommateurs à sensibiliser les citoyens et les opérateurs à l'importance des moyens de paiement électronique dans les transactions commerciales.

APS