L'Université "M'hamed Bougara" de Boumerdes a signé trois conventions de coopération, de partenariat et de formation avec des partenaires activant dans les domaines économique et de la formation, dans le cadre de la célébration du double anniversaire de la création de l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA) et de la nationalisation des hydrocarbures.

La première convention, signée par le recteur de l'université de Boumerdes, Yahi Mustapha et la directrice générale de l'Agence nationale de valorisation des résultats de la recherche et du développement technologique (ANVREDET), Nedjoua Demmouche Mounsi, engage cette agence à travers son expertise dans la valorisation, l'incubation et la promotion de l'innovation, à assurer un accompagnement multiforme aux étudiants diplômés de l'université et aux promoteurs de start-up. L'accord non limité dans le temps vise également l'accompagnement technique des porteurs de projets innovants et des projets de recherches réalisés au niveau de l'incubateur de l'université de Boumerdes. La deuxième convention signée entre l'Université de Boumerdes, l'ANVREDET et le partenaire économique représenté par la Banque de l'agriculture et du développement rural (BADR), engage cette dernière à assurer le financement nécessaire à la mise en œuvre et à la concrétisation des projets de recherches innovants au niveau de l'université. La troisième convention paraphée par l'université de Boumerdes et l'Institut algérien du pétrole vise quant à elle à assurer un accompagnement et une formation spéciale aux promoteurs de projets de start-up et autres porteurs d'idées innovantes, ainsi que des étudiants diplômés de l'université. La signature des trois conventions s'inscrit, selon M. Yahi, dans le cadre de "l'ouverture de l'université sur son environnement immédiat, en vue de fournir des projets de recherches de qualité et des produits compétitifs, tout en mettant son expertise à contribution dans l'accompagnement effectif des étudiants diplômés". Cette double célébration, abritée par la Faculté des hydrocarbures et de la chimie de Boumerdes, a été marquée par la projection d'un film documentaire sur l'histoire de l'université de Boumerdes et du célèbre discours du défunt président Houari Boumedienne, lors de la nationalisation des hydrocarbures, suivis par une conférence sur l'histoire des hydrocarbures en Algérie.             Aussi, un film documentaire sur l'incubateur de l'université de Boumerdes et les étapes de sélection des projets innovants bénéficiaires de ses prestations, a été diffusé lors de la manifestation à laquelle ont pris part des représentants de nombreuses organisations syndicales estudiantines et administratives, des autorités locales et la société civile.

Installation de cinq projets de recherche innovants

Cinq projets de recherche innovants ont été installés au niveau de l’incubateur des nouvelles technologies de l’université M’hamed Bougara de Boumerdes en vue de leur mise en application officielle prochainement, a-t-on indiqué auprès de cet établissement de l'enseignement supérieur. Il s’agit de la sélection de cinq projets innovants sur un total de 84 proposés aux étudiants chercheurs de différentes universités et instituts nationaux au titre d’un concours national dont les résultats ont été annoncés aujourd’hui mardi, avec l’installation des cinq projets lauréats au niveau de l’incubateur en vue de leur mise en œuvre prochainement.          Le déroulement de cette opération d’installation, présidée par le recteur de l’université Yahi Mustapha et la Directrice générale de l’Agence nationale de valorisation des résultats de la recherche et du développement technologique (ANVREDET), Mounsi Nedjoua, s’inscrit dans le cadre de la célébration du double anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures et de la fondation de l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA), cérémonie abritée par la faculté des Hydrocarbures et de Chimie de cet  établissement d'enseignement supérieur. Selon l’exposé présenté à l’occasion par le responsable de l’incubateur, Lechheb Samir, le "premier projet sélectionné est relatif à la production des enzymes environnementales dans la confection de détergents, proposé par une équipe de chercheurs de l’université de Boumerdes, présidée par l’étudiante Akmoussi Toumi Siham. Le 2eme projet lauréat porte sur la confection d’un appareil respiratoire intelligent, présenté, également, par une équipe de recherche de l’université de Boumerdes, présidée par l’étudiant Boussaa Walid Zaki. Tandis que le 3ème projet, aussi proposé par des étudiants de la même université, à leur tête l’étudiante chercheuse Amara Narimane, vise la réalisation d’une plate-forme de maintenance électronique. Le 4ème projet innovant sélectionné au titre de ce concours relève d’une équipe de chercheurs de l’université de Bejaia, présidée par l’étudiante Amina Attia, qui a proposé l’idée de produire une crème de beauté industrielle, tandis que le 5ème projet présenté par une équipe de recherche de l’université de Boumerdes, présidée par le chercheur Louahab karim, porte sur une plateforme technique pour la valorisation des recherches. Dans son intervention à l’occasion, le responsable de l’incubateur a considéré ce dernier comme "une partie prenante d’un système national œuvrant pour la mise en place d'un environnement nécessaire pour l’investissement, la promotion des idées innovantes, la diffusion de la culture des start-ups et la découverte de solutions aux problèmes actuels, selon des normes bien définies", a-t-il indiqué.          Précisant que l’université va jouer le "rôle du client qui fixera les objectifs de cet incubateur" et que l’accompagnement et le soutien de ces cinq projets sera assuré par l’ANVREDET, M. Lechheb a indiqué que le financement sera pris en charge par la Banque de l'agriculture et du développement rural (BADR).             A noter que l’opération de sélection des projets devant bénéficier de cet accompagnement se fera de façon régulière et annuellement, avec le choix, à chaque fois, d’un nombre de recherches en fonction des moyens disponibles et répondant aux exigences du développement local et national, a-t-on tenu à préciser.

APS