Le montant des redevances détenues par la Société de l'eau et de l’assainissement d’Oran (SEOR) auprès de ses clients a atteint, durant l’an dernier, 5, 63 milliards DA, soit une hausse de près de 20 pour cent par rapport à l’année précédente, a-t-on appris du directeur général de la SEOR.

Oussama Helaïli a précisé, lors d’une conférence de presse en compagnie des cadres de la société, que les redevances accumulées pour non-paiement des factures des arriérées de la consommation domestique, ont atteint un taux de 68 pc auprès des particuliers, soit 3,8 milliards DA, 24 pc détenues sur les administrations et commerces (1,4 milliard DA) et 8 pc sur les usines.    Au passage, il a insisté sur l’importance de sensibiliser les citoyens quant à la nécessité de payer leurs factures, soulignant que la SEOR est appelée à réaliser des opérations de maintenance ainsi que d’autres projets, ce qui nécessite de recouvrer les dus.                Il a rappelé, à ce propos, que l’année écoulée marquée par la pandémie du Covid-19 a contraint à l'arrêt des coupures d'eau pour les mauvais payeurs, au gel du prélèvement et de la remise des factures aux utilisateurs à partir du 2e trimestre et à la fermeture d’agences, ce qui a fortement affecté la trésorerie de l’entreprise, faute de recettes régulières. Avec l’ouverture progressive des agences et le retour des travailleurs avec le respect scrupuleux des mesures de prévention sanitaire, l'envoi des factures a repris à raison de trois à la fois avec des facilitations de paiement suivant un calendrier en trois temps et les choses se sont améliorées, a déclaré le même responsable qui a fait observer que le paiement des factures demeure en deça des espérances. Au sujet du "vol de l’eau", il a fait savoir que 111 plaintes ont été déposées dans ce sens au niveau des services concernés, signalant la prise de conscience des citoyens pour dénoncer de telles pratiques. En ce qui concerne les coupures et les perturbations, il a expliqué que cela est dû à la réadaptation du programme de distribution avec les ressources disponibles pour approvisionner l’ensemble des foyers d’Oran, aux fins réaliser un équilibre en la matière, ajoutant qu'il ne faut pas occulter le déficit pluviométrique et les pannes techniques et autres travaux de maintenance au niveau de quelques installations importantes dont notamment la station de dessalement de l’eau de mer. Selon le même responsable, 49 pc des clients de la SEOR, dont le nombre dépasse 400.000 sont alimentés quotidiennement et le restant à raison d’un jour sur deux. Les opérations de maintenance qui s’effectuent actuellement au niveau de la station de traitement et d’épuration d’El Mactaa vont contribuer à augmenter la production à 380.000 mètres cubes par jour après que ses capacités étaient de 300.000 mètres cubes par jour, a-t-il annoncé. Ceci permet également de réguler le niveau sus-indiqué pour atteindre les 93 pc de la population qui sera alimentée quotidiennement contre 7 pc un jour sur deux dans les premiers jours du mois de mars, a encore souligné le Dg de la SEOR, prévoyant un soulagement durant l’été prochain. La wilaya d’Oran est approvisionnée en eau potable à partir des stations de dessalement d’El Mectaa et Kahrama (Oran), de Chatt El Hilal (Aïn Temouchent) et des barrages, soit près de 500.000 mètres cubes par jour dans les situations normales alors que les besoins de la wilaya sont de 550.000 m3/j. Par ailleurs, il sera procédé, durant le mois de mars prochain coïncidant avec la journée mondiale de l’eau, placée sous le signe "valorisation et économie de l’eau", au lancement de campagnes de sensibilisation dans l’ensemble des écoles sur le gaspillage et le vol de l’eau, de même qu’à l’installation d’un club de presse pour débattre avec les journalistes d’un dossier dédié spécialement à l’eau, a annoncé la chargée de l’information et de la communication à la SEOR, Amel Belgor.

APS