Imprimer
Catégorie : Regions

Les directions des services agricoles doivent redoubler d’efforts et renforcer la coordination avec les responsables de la Société de distribution de l’énergie et du gaz (SADEG) pour pouvoir passer à la phase de raccordement des exploitations agricoles en énergie électrique, a insisté, à Tlemcen, Mira Touami, directrice centrale au ministère de l’Agriculture et du Développement rural.

Lors d'un regroupement régional des DSA et des responsables de la SADEG filiale de sonelgaz, elle a indiqué que l’opération de recensement des exploitations agricoles qui nécessitent un raccordement au réseau électrique, lancée en juin dernier, a dénombré quelque 46.000 exploitations concernées au niveau national dont 8.000 à l’Ouest du pays, situées plus ou moins à dix kilomètres des réseaux électriques. "Cette opération a accusé, toutefois, du retard à cause de mauvaises compréhensions des orientations du ministère de tutelle, d’où la nécessité d'organiser une telle rencontre qui permet d’harmoniser les concepts et les méthodes de travail", a souligné Mira Touami. Les responsables de la SADEG ont déjà anticipé dans l’élaboration des études techniques et n’attendent que les listes définitives des exploitations à raccorder, ont fait savoir des responsables de wilayas de l’ouest de la société. A ce sujet, les représentants du ministre de l’agriculture, Mira Touami et Chawki Salah ont mis l’accent sur l’urgence d’arrêter les listes des exploitations agricoles suivant les critères de priorité dont celui de la disponibilité d’infrastructures au sein des exploitations comme les forages et les étables. "Raccorder 46.000 exploitations agricoles n’est pas une mince affaire. Pour cela, la priorisation est impérative pour pouvoir engager les travaux", a déclaré Mira Touami, soulignant qu'un délai de quelques jours ont été accordés aux douze directeurs d’agriculture des wilayas de l’Ouest pour arrêter leur bilan final et entamer l’opération de raccordement, notamment des exploitations productives qui ont une plus-value agricole. Cette rencontre, la troisième du genre après celle d’Alger et de Constantine, a permis aux responsables concernés de voir les lacunes qui entravent cette opération qui s’inscrit dans la feuille de route du secteur de l’agriculture 2020-2024. Une dernière rencontre est prévue dimanche prochain à Timimoun.

APS