La wilaya d’Oran sera dotée d’une deuxième station de dessalement d’eau de mer, d’une capacité de production de 200.000 m3/jour, pour approvisionner les communes du côté ouest, a annoncé un responsable de la direction locale des ressources en eau (DRE).

"La wilaya d’Oran sera dotée d’une deuxième station de dessalement d’eau de mer, en plus de celle de Mactâa, qui sera implantée à Cap Blanc (El Kerma) ou à Cap Falcon (Ain El Turck )", a indiqué, Rabah Bekhtiar qui a représenté la DRE lors d’une journée porte ouvertes sur les institutions de l’hydraulique. Cet évènement, organisé par la Société de l’eau et de l’assainissement d’Oran (SEOR), à l’occasion de la célébration de la journée mondiale de l’eau, sous le thème "La valorisation et l’économie de l’eau", a vu la participation de plusieurs institutions comme l’office national d’assainissement (ONA), l’office national de l’irrigation et du drainage (ONID), l’école supérieure des métiers de l’eau. "Le projet de réalisation de cette station de dessalement est en phase d’étude" a-t-il indiqué ajoutant, qu’il est question de définir l’emplacement où sera implantée cette station, entre deux sites, Cap Falcon, à Ain El Turck et le Cap Blanc à El Kerma. "Avec une capacité de production de 200.000 m3/jour, cette station sera en mesure de couvrir les besoins en eau potable de toute la partie ouest de la wilaya d’Oran", a souligné le même responsable, qui s’est abstenu de donner plus d’informations sur le coût et les délais du projet. "Nous sommes encore en phase d’étude", a-t-il indiqué, estimant que le plus important à retenir c’est qu’il s’agit d’un projet qui va sécuriser l’alimentation en eau potable dans toute la partie ouest, notamment la corniche oranaise, qui connait chaque saison estivale un déficit à cause de la grande affluence des estivants.

APS