Imprimer
Catégorie : Regions

Le produit local algérien "a des opportunités prometteuses" pour accéder aux marchés africains et européens, ont estimé les participants au salon régional de l’exportation ouvert dans la wilaya de Mostaganem.

"Le secteur agricole national a d’excellents atouts pour exporter les produits agricoles vers les marchés européens, notamment en primeurs (hors-saison) qui sont concurrentiels et où la demande s'avère croissante", a indiqué, dans une déclaration à l'APS, le président de l'association algérienne des exportateurs Bey Naceri. "Il est possible également que le secteur industriel, en particulier les produits alimentaires (pâtes et jus), les produits cosmétiques et les matériaux de construction, contribue à booster les exportations algériennes vers les marchés africains", a ajouté le président de l'association. M.Naceri a souligné qu'il y a un intérêt indéniable pour l’exportation du produit local, notamment suite aux décisions du président de la République Abdelmadjid Tebboune prises récemment, relevant, à ce propos, que le nombre d’exportateurs, entre août et mars derniers, a augmenté de près de 30 % (300 nouveaux exportateurs). Pour sa part, le Président directeur général de la société générale des services maritimes (GEMA), Mohamed Dib, a estimé que les exportateurs algériens "peuvent surmonter le problème de livraison des exportations dans les délais impartis et des coûts exorbitants du transport maritime, à travers l’exploitation du transport terrestre et la création d’espaces logistiques le long de la route menant au Sahel et aux autres marchés de pays africains". Cette entreprise publique spécialisée dans les services maritimes, a-t-il souligné, oeuvre à mettre à disposition des équipementiers et des transporteurs de diverses marchandises vers les marchés africains et européens, en plus d’accompagner les clients, notamment les exportateurs, et les aider à avoir des prix adaptés avec en prime le respect des délais de livraison des produits exportés. Pour Bachir Koubibi, Pdg du complexe industriel Sidi Bendehiba, "le marché africain est prometteur, quoiqu'il connaît actuellement un déficit de plus de 70 % en matière de produits en lien avec l’énergie et l’électricité". "La destination vers l’Afrique doit cibler, en premier, les pays voisins (Sahel) et la zone de la communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) avec 15 Etats membres, ensuite l’Afrique de l’Ouest et de l’Est et puis les régions avec qui nous avons des intérêts communs", a-t-il souligné. Prennent part au salon qui s’étale sur trois jours, 54 opérateurs économiques en provenance de 12 wilayas et des délégations étrangères de la Tunisie, de l’Egypte, d’Oman, du Soudan, du Yémen, de l’Afrique du Sud et de la Tanzanie, pour connaitre le produit national et sa promotion à l’échelle africaine et arabe.

Le Salon régional de l’exportation vise à promouvoir le produit local

Le ministre du Commerce, Kamel Rezig a affirmé que le Salon régional de l’exportation inauguré à Mostaganem constitue l'un des mécanismes de la nouvelle approche visant à promouvoir le produit local mais aussi les exportations hors hydrocarbures. Dans une allocution lue par le directeur de la division du suivi et de l’appui des exportations, Houari Abdellatif à l’ouverture du Salon régional de l’exportation et de la promotion du produit local de la wilaya de Mostaganem, M. Rezig a indiqué que l’organisation de cette manifestation économique entre dans le cadre de la nouvelle approche du ministère du Commerce. A travers les journées portes ouvertes et les ateliers techniques qui s’y tiennent en marge, le Salon permettra de faire connaître aux exportateurs les mesures de facilitations et de soutien offertes par l’Etat dans ce domaine, a souligné le ministre. "Aujourd'hui, l’exportation est l’un des plus importants dossiers, lequel nécessite un effort colossal et un programme d'urgence pour soutenir la compétitivité entre les entreprises de différentes catégories, dans le but de placer leurs produits sur le marché international", a-t-il fait savoir, ajoutant qu’il constitue, également, "un indicateur économique important devant contribuer au développement de l'entreprise et partant de l’économie nationale". "La diversification de l'économie nationale pour promouvoir les exportations hors hydrocarbures constitue une alternative devant permettre au pays de sortir de sa dépendance des hydrocarbures, d'autant que le marché pétrolier connaît des perturbations lesquelles ont impacté fortement les économies dépendantes des hydrocarbures", a ajouté le ministre, d'où l'impératif, selon lui, d'un travail continu à l'effet de mettre en place les mécanismes nécessaires  devant permettre de promouvoir l’ensemble des capacités de production à l'échelle nationale mais aussi à l'échelle internationale. Ont pris part à ce Salon, qui s’étale sur trois jours, 54 exposants dont des exportateurs et producteurs dans les domaines de l’industrie lourde et légère, des industries alimentaires et du textile ainsi que nombre d’entreprises et d'intermédiaires à l’export et à la logistique, en plus d'établissements bancaires et des assurances. Il a été procédé, en marge de cette manifestation économique, à laquelle participent des diplomates du Yémen, du Soudan, de la Tunisie, de l’Egypte, d’Oman, d’Afrique du Sud et de la Tanzanie, à l’animation de deux conférences traitant des dispositifs d’aide à l’exportation hors hydrocarbures et de la contribution à la promotion du commerce extérieur dans le développement de l'économie nationale. Des rencontres B2B devraient être couronnées par la signature de plusieurs conventions de coopération et de contrats d’exportation, ont indiqué les organisateurs.

APS