Au moins de 766 personnes ont été vaccinées contre le coronavirus (covid-19) à Ouargla, en deux prises, depuis le lancement de la campagne de vaccination à ce jour, a-t-on appris auprès de l’Etablissement public de santé de proximité (EPSP).

Ce nombre (766 x2) reste loin des objectifs ciblés afin d’atteindre l’immunité collective, soit 75 % de la population, en raison de la réticence des citoyens à recevoir le vaccin, a déclaré le chef du service d'épidémiologie et de médecine préventive à l'EPSP d’Ouargla, Fouad Mahammedi sur les ondes de la radio locale. Le praticien a appelé les citoyens, notamment les personnes âgées et les malades chroniques, à se rapprocher des services hospitaliers pour se faire vacciner, précisant que le vaccin qui est gratuit et qui se fait volontairement, est fortement recommandé pour diminuer le nombre d'infections et contribuer à freiner la propagation du virus. M. Mahammedi a mis l’accent, en outre, sur les avantages du vaccin anti-Covid-19 qui, a-t-il assuré, "n’a pas d’effets indésirables sur la santé humaine". Et de préciser que les citoyens doivent faire montre d'un "sens de responsabilité" et du respect des gestes barrières et des protocoles sanitaires préconisés, notamment la distanciation physique, le port du masque et l’évitement des rassemblements, afin de poursuivre la lutte contre le virus. Des dizaines d’espaces sont ouverts au niveau des établissements hospitaliers et des structures de santé de proximité et de prévention dans le grand Ouargla, ainsi que des unités itinérantes destinées aux zones rurales et enclavées. Des moyens humains et logistiques sont mobilisés pour assurer le bon déroulement de l’opération de vaccination qui se poursuivra tout au long de l'année, a-t-on souligné à l'EPSP d'Ouargla.

APS