La Direction de la santé et de la population (DSP) de la wilaya d’Oran s’est lancée dans une série d’enquêtes épidémiologiques, après l’enregistrement de 26 cas de variant du virus de la Covid-19, a-t-on appris du chargé de communication de cette direction, le Dr.Youcef Boukhari.

"La découverte de cas contaminés par les variants nigérian et britannique de la Covid19 inquiète les autorités sanitaires, qui tentent à travers les enquêtes épidémiologiques, d’endiguer leur propagation, notamment le nigérian, considéré comme le plus virulent", a souligné le même responsable. La wilaya d’Oran a enregistré jusqu’à présent 19 cas du variant nigérian et 9 cas du variant britannique. Une femme de 82 ans a succombé au virus nigérian, précise-t-on de même source. Les cas enregistrés ne sont pas issus d’une même famille et même pas du même quartier, a noté le Dr. Boukhari, ajoutant que les enquêtes épidémiologiques risquent de révéler davantage de cas dans l’entourage des cas initiaux. "Nous tentons de découvrir les cas positifs portant le variant nigérian le plus rapidement possible, pour limiter sa propagation", a-t-il expliqué. Il a, par ailleurs, insisté sur le retour à la rigueur en matière des gestes barrières dans les espaces publics où le relâchement est "le plus constatable". S’agissant de la différence entre le variant nigérian et le virus originel de la Covid19, le Dr Boukhari a expliqué qu’il s’agissait d’un virus "plus virulent, dont les symptômes et les complications apparaissent plus rapidement", ajoutant que des symptômes digestifs semblables à ceux d’une intoxication alimentaire accompagne souvent la maladie.

APS