Le parc logements de la wilaya de Blida sera renforcé, durant l'année en cours, avec plus de 20.000 logements, toutes formules confondues, qui vont permettre la couverture d'une grande partie de la demande exprimée en la matière, a-t-on appris, auprès des services de la wilaya.

Les mêmes services prévoient la réception de 20.547 logements de différentes formules, durant cette année 2021, au vu de l'avancement important des travaux. La majeure partie de ces unités relève de la formule location-vente (AADL) et est en cours de réalisation au niveau de la ville-nouvelle de Bouinane et des deux pôles urbains de Sefsaf, sur les hauteurs de Meftah et de Sidi Serhane (Est), mitoyen à Bouinane, est-il précisé de même source.             Il s'agit de 10.711 logements AADL, repartis sur la ville-nouvelle de Bouinane (2.161 unités) et le nouveau pôle urbain de Sidi Serhane (4.800), dont la réception est tributaire de leur raccordement au gaz et à l'électricité, outre 3.750 unités au pôle urbain de Sefsaf. A cela s'ajoutent, selon les services de la wilaya, 7.123 logements publics locatifs (LPL), 448 logements socio-participatifs (LSP), et 300 autres unités de type promotionnel aidé (LPA) dans la commune de l'Oued Djer (ouest) ainsi que 1.328 logements promotionnels publics (LPP), et 382 logements ruraux. A noter que la wilaya de Blida a enregistré, en 2020, la distribution de 4.883 logements, dont 4.605 unités AADL, à la nouvelle ville de Bouinane, 80 LPP à Larbaa, et 198 LPL à Soumaa, selon la même source.

Financement de trois opérations pour la prise en charge du problème des déchets

La wilaya de Blida a bénéficié, dernièrement, de trois nouvelles opérations pour la prise en charge du problème des déchets qui constitue un casse-tête tant pour les citoyens que pour les autorités locales, a-t-on appris, auprès du directeur local de l'Environnement. Ces trois opérations importantes ont été financées par le Fonds national de l'environnement et du littoral et leur gestion a été confiée l'Agence nationale des déchets, a indiqué, à l'APS, Ouahid Tchachi. Le premier projet porte sur la réalisation d'une station de traitement du lixiviat (liquide résiduel des déchets) au niveau du centre d'enfouissement technique des déchets (CET) de Soumaa. Selon M. Tchachi, cette station mobile, financée à raison de 200 millions de DA, a pour objectif d'éradiquer le problème de l'infiltration des eaux résiduelles issues de l'enfouissement des déchets ménagers, dans les nappes souterraines, d'une part, et d'autre part, mettre un terme aux odeurs nauséabondes accompagnant cette opération. Un problème maintes fois décrié par les citoyens de cette localité et d'autres communes de la wilaya, qui s'opposent à la réalisation de décharges publiques sur leurs terrains, est-il signalé de même source. Ce projet de station de traitement du lixiviat, devant être concrétisé en l'espace de quatre mois, est, également, destiné à la prise en charge des lixiviats de la totalité des décharges publiques de la wilaya, dont les eaux résiduelles seront transportées, à cet effet, par des camions hydrauliques, vers le CET de Soumaa, a souligné le même responsable. Cette opération s'inscrit dans le cadre du programme du ministère de tutelle portant réalisation de 33 stations de traitement du lixiviat, à l'échelle nationale, pour mettre un terme au risque de pollution environnementale et préserver la santé publique, a fait savoir M. Tchachi. Une fois traitées, ces eaux  seront destinées à l'irrigation agricole et d'autres secteurs utilisateurs, comme l'industrie, a-t-il expliqué. Le deuxième projet dont a bénéficié la wilaya de Blida est relatif à l'aménagement de quatre décharges anarchiques respectivement à Bouinane, Chebli, Larbaà et Beni Tamou, pour une enveloppe globale de 250 millions de DA. Cette opération, très attendue par les populations de ces communes, devrait contribuer à l'éradication définitive de ces décharges anarchiques, tout en assurant un cadre de vie agréable au citoyen, après leur réaménagement en espaces verts et de détente. Quant au troisième projet il s'agit de la réalisation d'un centre de recyclage des déchets, doté d'une enveloppe de 80 million de DA et dont le choix de l'assiette foncière pour son implantation est en cours, a indiqué le directeur de l'environnement.

 APS