Le Chargé de mission à la Présidence de la République, Brahim Merad a affirmé lors de sa visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Sétif que les zones enclavées (zones d’ombre) constituaient un «milieu productif».

M.Merad a inspecté, lors de cette visite, quelques agglomérations dans la région de Djebel Maghrass où il a donné le coup d’envoi du projet de réalisation d’une route de 6 km et mis en service un réseau de gaz naturel au profit de de deux agglomérations (12 et 17 logements). Après avoir suivi des exposés sur divers projets de développement réalisés dans ces régions, le même responsable a indiqué que les zones enclavées constituaient un terrain fertile pour la production, appelant les jeunes habitants ces zones à la création d’activités pratiques adéquates avec ces régions. Il a en outre ajouté que les jeunes de ces régions ayant vécu des conditions difficiles en se contentant de la consommation, peuvent désormais jouer leur rôle en matière de production dans divers domaines à l’image de l’agriculture, la femme au foyer, l’apiculture et d’autres et ce, dans le cadre de la politique adoptée par l’Etat en vue de soutenir et accompagner les différents secteurs.  « Ceci permettra aux jeunes de devenir des créateurs d’emploi de manière graduelle, une tendance constatée au niveau des 49 wilayas visitées », a-t-il souligné réitérant son appel en direction des jeunes de ces zones pour l’exploitation du potentiel disponible de ces régions et à réfléchir dans des projets adéquats avec leurs environnements dont l’investissement dans les plantes médicinales.  « Une action est en cours avec le ministère des micro entreprises pour la concrétisation de tels projets dans l’objectif de permettre à ces régions de devenir des créatrices de richesse et non pas de simples consommatrices », a-t-il indiqué. Il sera procédé, dans cette optique, à l'introduction des zones rurales ayant 8 millions d'habitants dans les groupes économiques et sociaux qui joueront un rôle pionnier, a fait savoir le ministre, soulignant que l'Etat devra mettre en place les conditions propices afin de permettre aux habitants des zones rurales de faire connaitre leurs capacités. Après avoir présidé le lancement de nombre de projets de développement au profit des habitants des zones d'ombre aux communes d'Amoucha, Djemila et El Eulma, M. Merad, qui était accompagné des autorités locales civiles et militaires, a écouté les préoccupations des habitants de ces zones d'ombre. Selon le Chargé de mission à la Présidence de la République, le nombre des zones d'ombre au niveau national s'est élevé, jusqu'au 18 avril en cours, à 13.587 zones pour lesquelles un total de 32.700 projets ont été consacrés, avec un coût de plus de 480 Mds Da, ajoutant que le nombre de projets financés jusqu'à ce jour a atteint 14.616 projets d'une enveloppe de 206.784.745.821 Da. Le nombre de projets achevés s'élève à 8.959 projets, tandis que le nombre de projets en cours de réalisation est de 2.378 projets et celui des projets n'ayant pas encore démarré. M.Merad poursuivra sa visite en se rendant aux zones d'ombre de la commune d'Ain Azel.

 Le groupe Giplait compte réaliser une unité de production de cheddar

Le groupe public spécialisé dans les produits laitiers, Giplait, compte réaliser une unité de production de cheddar dans la wilaya de Sétif, a indiqué à Alger son PDG, Mouloud Harim.  "L'étude de ce projet est terminée et l'appel d'offre sera lancé ces jours-ci", a précisé M. Harim. Dans le cas de sa concrétisation, ce projet devrait permettre "d'arrêter"  l'importation de cette matière, a-t-il souligné. Donnant plus de détails, il a révélé que 50.000 litres/jour de lait de vache seront traités au niveau de cette unité, ce qui correspond à environ 4.000 kilos de cheddar par jour. "Cela pourrait évoluer" selon la quantité et aussi la qualité du lait collecté, ajoute-il. La réalisation de cette unité de production entre dans le cadre des investissements envisagés par le groupe dans le domaine du traitement du lait de vache collecté, notamment la pasteurisation, la distillation et la transformation, a-t-il expliqué. M. Harim a fait savoir que l'objectif de Giplait est de proposer des produits "de qualité et en quantité suffisante", que ce soit en matière de fromages, de toutes sortes, et de beurre "afin de réduire et à terme arrêter l'importation de ces produits".

APS