Énergie : M. Haitham Al-Ghais : l’Algérie a un rôle effectif au sein de l’Opep

Le Secrétaire général de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), Haitham Al-Ghais a affirmé, que l’Algérie n’a cessé de soutenir la politique du dialogue parmi les pays membres de cette organisation, et ce durant les crises les plus aigües.Dans une interview diffusée, ce mardi soir, sur la Télévision publique, M. Al-Ghais a mis en exergue le rôle effectif de l’Algérie au sein de l’Opep. « Depuis son adhésion en 1969, et son accueil du premier sommet des dirigeants de l’Opep en 1975, l’Algérie a toujours soutenu le dialogue constructif à la convergence des points de vue entre les États membres dans tous les défis et crises que l’organisation a affrontés », a-t-il déclaré, ajoutant que la pierre angulaire de l’accord Opep+ vient de la part de l’Algérie.Le SG de l’Opep a également soutenu que « l’accord d’Alger de 2016 avait des conséquences importantes pour les pays industriels et pétroliers, de par l’équilibre qu’il a garanti dans l’économie mondiale, en termes de stabilité des prix du pétrole. »M. Al-Ghais n’a pas manqué de remercier le président de la République M. Abdelmadjid Tebboune et le gouvernement algérien qui ont soutenu sa candidature à la tête de l’Opep.Pour rappel, le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab, prendra part, mercredi, aux travaux de la 31e réunion ministérielle Opep-Non Opep (Opep+) qui se tiendra par visioconférence.Regroupant les 23 pays (13 pays de l’Opep et 10 pays non-OPEP) signataires de la Déclaration de Coopération, cette réunion sera précédée, le même jour, par les travaux de la 43e réunion du Comité ministériel conjoint de suivi (JMMC), a précisé la même source.Selon le communiqué du ministère de l’Energie et des Mines, « ces deux réunions seront consacrées à l’examen de la situation du marché pétrolier international et à ses perspectives d’évolution à court terme.  La réunion du JMMC aura également à évaluer, sur la base du rapport établi la veille, par le Comité technique conjoint de suivi (JTC), « le niveau de respect des engagements de production des pays participants à la Déclaration de Coopération pour le mois de juin 2022 », conclut le même document.

K.A.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code