Financement des projets de transition énergétique : Arkab appelle à des partenariats Nord-Sud

Le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab a estimé, mardi à Alger, que la question du financement continuait à représenter « le grand défi » pour la concrétisation des projets de transition énergétique, appelant à trouver des partenariats Nord-Sud pour relever ce défi.

Par K. Bensalem

Dans son allocution à l’ouverture des travaux de la conférence intitulée « les interconnexions électriques en méditerranée, facteur d’intégration régionale et catalyseur de la transition énergétique », organisée par Sonelgaz, M. Arkab a indiqué que le rôle attendu des sources d’énergies renouvelables « ne saurait être concrétisé qu’à travers l’augmentation de l’investissement international dans ce domaine ». Le financement des projets de transition énergétique demeure « un grand défi » face à leur concrétisation sur le terrain et la mise en œuvre des projets d’énergie renouvelable et d’infrastructure y afférentes, a-t il expliqué. Pour le ministre, « la question qui se pose actuellement avec acuité et sur laquelle nous devons travailler, consiste à réfléchir aux modalités d’instauration de partenariats d’intérêts communs entre le Nord et le Sud à la lumière des défis actuels ». M. Arkab a passé en revue, dans son allocution, les grandes lignes de la politique nationale de la transition énergétique qui englobe le développement des énergies nouvelles et renouvelables et les mesures de maîtrise de la consommation en vue de préserver les ressources naturelles pour les générations futures. A ce propos, M. Arkab a rappelé l’introduction de l’hydrogène parmi les priorités du plan du gouvernement. « La mise en place des dernières retouches sur la stratégie nationale de développement de ce segment est en cours », a-t-il dit. Cependant, le développement de l’hydrogène, précise le ministre, « exige la réunion de plusieurs facteurs, notamment la création du cadre réglementaire et institutionnel et la préparation du capital humain, ainsi que le transfert de la technologie et le financement, et ce, après la recherche de marchés transparents et compétitifs ». La ministre de l’Environnement et des Energies renouvelables, Samia Moualfi a affirmé que l’Algérie, un partenaire énergétique « fiable et engagé », veille à la dimension complémentaire de ses relations avec les pays des deux rives de la Méditerranée. Ainsi, la coopération dans le domaine de l’énergie et des énergies renouvelables entre les deux rives de la Méditerranée revêt « une importance extrême » pour l’Algérie surtout en ce qui concerne la diversification du bouquet énergétique et la promotion du raccordement électrique dans le bassin de la Méditerranée « notamment dans le contexte actuel et à l’avenir », a fait remarquer la ministre. Mme Moualfi a estimé nécessaire de concrétiser sur le terrain le raccordement du réseau électrique pour tous les pays de la Méditerranée à même d’ouvrir un marché méditerranéen de l’énergie, mettant en avant les capacités « importantes et significatives » des pays de la rive sud en matière d’énergie renouvelable notamment solaire. Le Pdg de Sonelgaz, Mourad Adjal a, lui, affirmé que le groupe s’emploie à créer une nouvelle forme de partenariat entre les associations énergétiques régionales et internationales en vue de travailler de concert et d’aller de l’avant vers le développement du secteur de l’énergie électrique pour servir l’intérêt commun dans la région de la Méditerranée. Il a relevé l’importance du « Protocole d’Alger» de coopération entre les associations régionales, signé durant les travaux de la conférence, en ce qu’il constitue « la pierre angulaire pour une organisation régionale ouverte pour toutes les associations et les instances exerçant dans le domaine ». Le Protocole d’Alger a été signé par le Comité maghrébin de l’électricité (COMELEC), l’Observatoire méditerranéen de l’énergie (OME), l’Association des gestionnaires des réseaux de transport de l’électricité méditerranéens (Med-Tso) et l’Association méditerranéenne des agences nationales de maîtrise de l’énergien (MEDENER).

K.B.

La Coupe du Monde de la FIFA, Qatar 2022™

Ooredoo offre à ses clients et partenaires des packs voyages pour vivre la ferveur du Mondial

Fidèle à ses coutumes lors des évènements sportifs majeurs, Ooredoo, opérateur télécom officiel de la Coupe du Monde au Moyen-Orient et en Afrique-  FIFA, Qatar 2022™, a offert à ses clients une opportunité inédite de vivre la ferveur de la Coupe du Monde 2022 au Qatar. En effet, des packs voyages ont été offerts à des clients, partenaires et employés de Ooredoo pour assister aux matchs de football de la Coupe du Monde, abritée pour la première fois dans l’histoire de cette prestigieuse compétition, par un pays Arabe.  Ainsi, les heureux lauréats, parmi les clients, partenaires et employés de Ooredoo, ont été sélectionnés lors d’une opération du tirage au sort afin de bénéficier de packs voyage pour effectuer un déplacement au Qatar pour vivre pleinement l’ambiance de cette grande compétition footballistique. Il s’agit, entre autres, des clients « YOOZ » tirés au sort suite à leur participation au challenge à travers le service « Parrainage » lancé durant le mois de septembre dernier, et de clients « Dima Ooredoo » ayant effectué un rechargement de 2000 DA et plus et ce entre le 31 août et le 30 septembre 2022, des partenaires ainsi que des employés. Chacun des heureux gagnants a reçu un pack voyage contenant un billet d’avion en aller-retour à destination du Qatar, un billet d’accès au stade pour assister aux matchs de la Coupe du Monde ainsi que d’une prise en charge de leur hébergement à Doha. A travers cette initiative, Ooredoo confirme une fois de plus son engagement aux côtés de ses clients, partenaires et employés en leur offrant l’opportunité de vivre la ferveur de la plus prestigieuse compétition sportive à travers le monde.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*