Hydrocarbures :  Derniers essais avant la mise en service d’un important centre de traitement à Hassi Messaoud

Le groupe Sonatrach effectue les derniers essais avant la mise en service de son nouveau centre de traitement d’hydrocarbures à Hassi Messaoud (wilaya d’Ouargla), a annoncé mercredi son PDG, Toufik Hakkar.

Cet important centre devra produire 60.000 barils de brut/jour et près de 2 millions de m3 de gaz naturel, provenant des champs situés de la région Sud de Hassi Messaoud, notamment les champs de Hassi Tarfa, Hassi Dzabat et Hassi Guettar, a précisé M. Hakkar dans une déclaration à la presse lors d’une visite d’inspection de ce projet. « Nous sommes aux derniers essais avant le début de la production », a déclaré le PDG, soulignant l’importance de cette unité « stratégique » pour l’augmentation des capacités de production de la compagnie nationale. Ce projet, dont le coût est estimé à plus d’un milliard de dollar, bénéficie de la récupération des gaz torchés qui sont envoyés vers les champs de Hassi Messaoud pour séparer les condensats, le GPL et le gaz naturel, selon M. Hakkar. « Sonatrach investit des sommes importantes pour la récupération des gaz torchés et pour leur valorisation commerciale, tout en préservant l’environnement », a-t-il affirmé. Lors de cette visite, le PDG de Sonatrach a également inspecté le projet de réalisation d’un quatrième train de GPL situé au niveau du complexe industriel Naili Abdelhalim (ZCINA), près de Hassi Messaoud, d’une capacité de production de 1.200 tonnes/jour de GPL. La réalisation de ce nouveau train de production destiné au traitement du gaz saturé pour produire du GPL et du condensant notamment, a coûté près de 200 millions de dollars, selon M. Hakkar. Ce site réalisé en partenariat avec l’entreprise italienne Tecnimont est doté d’une capacité de 8 millions m3/jour à partir du gaz associé provenant des usines existantes situées à proximité de l’installation de ZCINA. « Le gaz non saturé, issu du traitement au niveau de ce train, est ensuite redirigé vers les champs de Hassi Messaoud puis injecté pour hisser l’efficacité de récupération de pétrole », a expliqué le PDG de Sonatrach, jugeant les premiers essais réalisés au niveau de cette structure « très encourageants ». Présent lors de la visite de ce nouveau train GPL, le PDG de Tecnimont, Alessandro Berlini, s’est dit « fier » du résultat d’une coopération « très fructueuse » entre Tecnimont et Sonatrach, « Nos équipes ont collaboré tout au long de la réalisation de cette infrastructure de manière efficace, malgré une période très difficile pendant la pandémie de Covid-19 », a-t-il souligné, formulant l’espoir de voir ce projet constituer « le début d’une grande coopération » avec la compagnie algérienne.

APS

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*