MEDEA : Patrimoine des Aurès à travers le regard de jeunes photographes

« Ton regard sur ton patrimoine », est le thème d’une exposition de photographies sur le patrimoine des Aurès, organisée, samedi, au musée des arts et des traditions populaires de Médéa, à l’initiative conjointe de l’association des Amis de Madghacen et la direction de la culture de la wilaya de Batna. Une belle collection de photographies

, réalisée par de jeunes photographes de l’association les Amis de Madghacen, est présentée au public Médéen qui pourra, pendant une semaine, découvrir le legs ancestral des Aurès, sous ses différents aspects et couleurs. Une dizaine de jeunes photographes en ½ herbe », âgés entre 8 et 14 ans, sont à l’origine de cette collection qui traduit le ½ regard » des jeunes sur le patrimoine, la culture, les traditions et le vécu quotidien de cette région du pays, à l’histoire millénaire. Un ½ regard », innocent et dépouillé de toute arrière-pensée, reflétant la réalité telle qu’elle est ½ saisie » par l’  objectif» du photographe. Ce regard sur le patrimoine  immortalise », en quelques sortes, des pans importants de ce legs ancestral dont beaucoup ignore l’existence. L’exposition  capte facilement l’attention du visiteur et l’invite dans un long voyage  à travers le temps où il pourra découvrir, successivement, le Tombeau de Madghacen, la ville antique de Timgad, les ruines romaines de oued  El-Ma, de  Madher, Tazoult»,  Chemora et tant d’autres vestiges qui rappellent la longue histoire de cette région du pays. Les jeunes photographes de l’association les Amis de Madghacen invitent également le visiteur à des haltes à l’ancien village de Ghoufi », construit sur le flanc d’une montagne rocailleuse, à Rahba où il découvrira des maisons  troglodytes », ou encore au refuge de la reine  El-Kahina », dans les montagnes de Djemina, qui ressemble à un nid d’aigle, que, seul, l’objectif des photographes a pu rendre accessible. Ton regard sur ton patrimoine » est un clin d’oeil » aussi à ce savoir-faire ancestral, en déperdition, que ces jeunes veulent, au moyen de leurs appareils photo, faire sortir de l’anonymat. Le cas vaut notamment pour certains métiers, qui ont fait jadis, la réputation de cette région, comme la poterie, le tissage, la maroquinerie, et qu’on redécouvre, à nouveau, grâce à ces jeunes qui ont su porter leurs regard sur des pans enfouis de ce riche patrimoine matériel.

APS

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code