« Il n y a pas une seule transition au monde organisée par l’ancienne équipe au pouvoir», a indiqué, mercredi, le diplomate Abdelaziz Rahabi.

L'Armée nationale populaire (ANP) continue à faire face aux plans visant à semer la discorde et la sédition entre les Algériens et leur armée, a affirmé le Général de Corps d’Armée, Ahmed Gaïd Salah, Vice-ministre de la Défense nationale, Chef d’Etat-major de l’ANP, tout en réitérant les "garanties suffisantes" du Haut Commandement de l'Armée à la justice pour poursuivre le traitement des dossiers liés à la corruption "sans aucune contrainte ni pression".

Le comité ministériel de suivi Opep et non-Opep (JMMC), réuni lundi à Bakou, a recommandé d'annuler la prochaine réunion des ministres de l'Opep et d'attendre la réunion de juin pour décider d'une prolongation de l'accord d'encadrement de la production de pétrole.

Le déficit commercial de l`Algérie a atteint 1,436 milliard de dollars en janvier 2019, contre un déficit de 45 millions de dollars en janvier 2018, soit une  hausse du déficit de 1,39 milliard de dollars, a appris l'APS auprès des Douanes.

Le nouveau vice-premier ministre, ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a entamé, lundi, une tournée diplomatique en Italie et en Russie.

Face aux Algériens réclamant un changement de fond du modèle de gouvernance du pays, l'ancien diplomate, Lakhdar Brahimi appelle à ne pas verser dans la précipitation et à organiser la transition d'une manière organisée et structurée. 

Brandt Algérie se lance officiellement dans la téléphonie mobile. Pour marquer cette occasion, la marque a dévoilé son flagship, le smartphone B-one qui a tout pour séduire le consommateur algérien. Ce modèle haute gamme,répond parfaitement aux besoins actuels du marché national.

Le Croissant rouge algérien (CRA) a honoré, lundi à Alger, des femmes ayant activé dans l'action humanitaire et de solidarité, dont des membres fondatrices du Croissant durant la guerre de libération.

L’obstacle majeur devant la relance du secteur de l’exportation, hors hydrocarbures, réside dans "l’égoïsme économique de certains cercles qui veulent, coûte que coûte, dissuader les opérateurs économiques nationaux à investir ce créneau", a estimé, hier, Mostefa Kamel Rahmani, professeur en marketing management et conseillers à l’export.