Agriculture : La production agricole disponible en quantités suffisantes

Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Abdelhamid Hemdani a fait état, à Alger, de la disponibilité des produits agricoles à même de réaliser la sécurité alimentaire du pays.

Lors d’une séance au Conseil de la nation consacrée aux questions orales, présidée par le vice-président du Conseil de la nation, Abdelkader Ghrinek, le ministre a précisé que l’Algérie figure, depuis 15 jours, dans la cellule bleue de l’Organisation des Nations unies (ONU), en vertu d’un communiqué publié par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), qui compte les pays d’Europe et les pays puissants de par le monde en mesure de garantir l’alimentation à leurs citoyens. « Si l’ONU, à travers la FAO, a classé l’Algérie dans la cellule bleue en tant que seul pays en Afrique et dans le monde arabe à assurer la sécurité alimentaire, nous déduisons que la disponibilité existe et la sécurité alimentaire a été réalisée », a-t-il soutenu. Evoquant certaines filières agricoles qui ont enregistré un bond qualitatif dans la production à l’image des céréales, des dattes et des olives, M. Hemdani a indiqué que la production moyenne des céréales a atteint 52,3 millions de quintaux durant les trois précédentes saisons, étant donné que le secteur compte atteindre la quantité de 74 millions de quintaux et renforcer les capacités de collecte pour atteindre 32 millions de quintaux. L’oléiculture a obtenu des résultats encourageants après l’augmentation des superficies cultivées à 440.000 hectares avec une production de 10,8 millions de quintaux d’olives en 2020.  La production de dattes a atteint 11,8 millions de qtx en 2021, contribuant ainsi à la relance de l’économie agricole avec un taux de 14% de l’ensemble de la production agricole. En ce qui concerne la filière du lait, une feuille de route a été élaborée pour développer cette filière et renforcer les investissements des entreprises productrices et la production des fourrages, en encourageant les exploitations agricoles spécialisées dans la production du lait de vache et du lait cru, tout en augmentant les quantités collectées.  Pour la collecte du lait, le ministre a estimé nécessaire d’encourager la création de coopératives et l’élaboration d’un programme de développement de la production fourragère locale, tout en œuvrant à l’augmentation des têtes de bétail destinés à la production de lait de 8.000 têtes en 2020 à 20.000 têtes en 2024 à travers des investissements structurés dans les régions sahariennes. Selon le ministre, le secteur vise à promouvoir les exportations de divers produits agricoles, rappelant à titre d’exemple, l’exportation en 2021 de plus de 70.000 tonnes de dattes, d’une valeur de 73 millions de dollars, et 6 000 tonnes d’oignons, d’une valeur de 1,24 millions de dollars.

Début de la régularisation des terres « Arch » sur la base du droit de concession

Les terres « Arch » feront l’objet d’une régularisation sur la base de l’obtention d’actes de concession, dans le cadre de l’application de l’arrêté interministériel publié en 2018 et relatif à l’assainissement du foncier agricole, a fait savoir le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Abdelhamid Hemdani. Intervenant lors d’une plénière du Conseil de la nation présidée par Abdelkader Ghrinek, vice-président du conseil, M. Hemdani a précisé que ce décret prévoit l’accélération de la régularisation des situations en suspens et le lancement d’un recensement global des bénéficiaires des terres sans titres à travers le territoire national, ce qui permet au ministère de les étudier et régulariser conformément à la loi. A ce jour, ajoute-t-il, 200.000 hectares de terres exploitées sans titres ont été recensées, dont plus de 90% ont fait l’objet d’un travail de vérification, et des actes ont été attribués pour une superficie de 400.000 hectares. Dans le domaine de transformation du droit de jouissance en concession dans le cadre de la loi 10/03, qui fixe les conditions et les modalités d’exploitation des terres agricoles du domaine privé de l’Etat, M. Hemdani a fait état de la régularisation de 185.500 bénéficiaires, sur une superficie de plus de 2,1 millions d’hectares, tandis que 4.281 dossiers restent en suspens au niveau des services des Domaines. D’après le ministre, 95% des droits de concession ont été octroyés, tandis que les 5% restant sont en justice. Répondant à une question sur l’interdiction de la cession aux agriculteurs bénéficiaires du droit de concession, M. Hemdani a précisé qu’aux yeux de la loi, la cession du droit de concession n’est pas interdite, que ce soit dans le cadre de la loi 10-03 ou le décret exécutif 10-326, rappelant la promulgation de plusieurs circulaires affirmant, aux héritiers et autres, le droit de concession, de partenariat et de cession. Pour ce qui est de la régularisation du foncier agricole par des textes règlementaires, notamment le foncier agricole relevant des domaines privé, M. Hemdani a fait état de deux (2) millions d’hectares de terrains octroyés à 62.000 bénéficiaires et de 600.000 h de terres non-exploitées ayant été récupérées en vue de leur redistribution dans le cadre du règlement en vigueur. Concernant l’accession de la propriété foncière agricole (APFA) dans le cadre de la loi n83-18, plus d’un (1) million hectare ont été distribués au profit de 140.000 bénéficiaires notamment au niveau des wilayas du Sud. Le règlement du foncier agricole est l’une des priorités du secteur agricole qui s’attèle à la mise en œuvre des textes juridiques en vigueur, a fait savoir le ministre.

A.S.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code