BECHAR : Plus de 2 milliards DA de créances impayées à la SADEG

Les créances impayées détenues par la Société algérienne de distribution de l’électricité et du gaz (SADEG-filiale Sonelgaz) à Bechar et Béni-Abbes ont atteint à la fin septembre 2021, plus de 2,1 milliard DA, a indiqué la cellule

 de communication de cette société. Les créances à recouvrer par l’entreprise, cumulées jusqu’à fin septembre dernier, concernent les clients ordinaires ou ménages (gaz et électricité-basses pression et tension) à hauteur de 915,88 millions DA, les administrations et instances publiques avec 728,67 millions DA, les communes 320,76 millions DA, tandis que celles du secteur économique sont de 146,67 millions DA, a détaillé la chargée de communication, Mekaoui Linda. Face à cette situation, la SADEG appelle sa clientèle à s’acquitter de ses dettes pour éviter tout cumul et participer ainsi à l’amélioration du service public et au développement des investissements de l’entreprise, ainsi qu’à lui permettre de fournir des prestations à la hauteur des besoins de la population et des secteurs d’activités, a déclaré, pour sa part, le directeur local de cette société, Abdelkader Damane. Malgré cette situation, la société veille à la continuité du service public en direction de sa clientèle à travers les wilayas de Bechar et Béni-Abbes au nombre de 93.819 abonnés au réseau électrique et 33.465 abonnés au réseau de gaz naturel, a-t-il précisé. Pour le recouvrement de ses créances, la SADEG a instruit les responsables de ses sept (7) agences commerciales implantées au chef de la wilaya (3) et aux chefs lieux des communes d’Abadla, Kenadza, Béni-Ounif et au chef lieu de wilaya de Béni-Abbes, de faciliter les opérations de paiement abonnes et même de leur accorder des facilités de paiement, a ajouté le responsable.

Disponibilité d’une offre de 400 KV

La wilaya de Bechar dispose d’une offre en énergie électrique de 400 KV, connectés au réseau national, a-t-on appris auprès de la Société de distribution de l’électricité et du gaz (SADEG). La wilaya dispose d’une offre d’énergie électrique de 400 KV connectés au réseau national grâce à deux (2) lignes de très haute tension (HTT) à partir de la wilaya de Naâma et d’un réseau de transport de 600 km, alors qu’elle consomme que 220 KV, ce qui sécurise totalement ses besoins aussi bien de sa population que des secteurs d’activités, a indiqué Boumediene Tarfaoui, responsable du département technique électricité de la SADEG-Bechar.            A travers cette importante offre énergétique, des lignes de haute tension de 60 KV alimentent les communes de Béni-Ounif, Taghit et Abadla, avec un réseau de transport de 318 km, a-t-il ajouté.              L’infrastructure de transport et de distribution d’électricité est assurée par un réseau de 3.729 km pour la moyenne tension (MT), 2.160 km pour la basse tension (BT), six (6) transformateurs centraux haute tension et moyenne tension (HT et MT), deux (2) transformateurs mobiles et quatre (4) cabines électriques mobiles, a expliqué le Toute cette infrastructure est surveillée et gérée à distance par le système informatisé de télé-conduite (SCADA), a-t-on fait savoir à la SADEG, signalant que malgré cette importante infrastructure, des pertes énergétiques sont enregistrées annuellement à cause des branchements illicites. A la fin du mois de septembre 2021, une perte de plus de 137 gigawatt-heure (GWH) a été enregistrée, soit une perte financière de plus de 478 millions DA, contre des pertes de plus de 68 GWH et une financière de 113 millions DA en 2020, a conclu M. Tarfaoui, lors d’une récente visite des représentants de la presse à la station centrale où est installé le système SCADA. La SADEG a mis à disposition de sa clientèle une capacité de 50.000 M3 /jour de gaz naturel, mais les foyers hésitent dans certaines localités des wilayas de Bechar et Béni-Abbes à s’abonner au réseau public de distribution de cette énergie à cause des coût d’installations à l’intérieur des foyers, a affirmé pour sa part M. Dahane Baghdadi, responsable de la division technique Gaz à la SADEG, faisant état de 33.465 foyers branchés à ce réseau au niveau des deux wilayas. Des campagnes d’information et de vulgarisation sont organisées périodiquement sur les bienfaits de l’utilisation de cette énergie par les habitants, notamment dans les zones éloignées des grands centres urbains qui utilisent encore les bouteilles de gaz butane, selon le responsable.

 APS      

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code