Coronavirus : Les coûts de couverture des salaires des employés mis au chômage forcé s’élèvent à 674 milliards de DA

Le Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane a affirmé, lundi à Alger, que les coûts de couverture des salaires des employés mis au chômage forcé pendant une durée de cinq mois en raison de la pandémie du Covid-19, s’élèvent à 674 milliards de DA.

Lors de la présentation du projet de loi de finances 2022 (PLF2022) devant les membres du Conseil de la nation, M. Benabderrahmane a précisé que la pandémie a fortement impacté l’économie nationale en 2020 et début 2021 à l’instar des autres économies mondiales, notamment en ce qui concerne la mobilité des personnes, les marchandises, le commerce et le fonctionnement normale des marchés. En dépit de ces tensions, l’économie nationale a fait preuve de “beaucoup de souplesse” face aux impacts négatifs de cette situation économique “défavorable” et ce grâce aux mesures proactives mises en place par les pouvoirs publics concernant la préservation de l’activité économique, la rationalisation des dépenses, l’encadrement du commerce extérieur et le financement interne de l’économie. A cet égard, M. Benabderrahmane a révélé que l’Etat avait consacré plus de 298 milliards de dinars à titre d’aide directe, outre le paiement des salaires des employés et travailleurs qui ont été mis au chômage forcé à la suite de la pandémie, soulignant que les coûts de couverture des salaires de ces travailleurs et employés pendant cinq mois s’élèvent à 674 milliards de DA, à la charge du trésor public. Ainsi, “l’année 2022 doit être consacrée au renforcement des mesures de la relance économique approuvées par les pouvoirs publics, notamment en stimulant et en diversifiant l’activité économique pour relancer la croissance et réduire la dépendance aux hydrocarbures, notamment en ce qui concerne les revenus en devises, le rétablissement des équilibres des comptes publics à moyen terme et assurer la continuité du budget public et maintenir le soutien optimal de l’Etat et l’affecter aux catégories nécessiteux pour préserver les acquis sociaux des citoyens”, ajoute le Premier ministre.

A.A

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code