Habitat rural : La révision de l’aide n’est pas à l’ordre du jour

Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Mohamed Tarek Belaribi a affirmé, à Alger, que la révision de la subvention octroyée dans le cadre de l’habitat rural « n’est pas à l’ordre du jour actuellement », mais pourrait « faire l’objet de révision à l’avenir ».

Lors d’une séance plénière consacrée aux questions orales à l’Assemblée populaire nationale (APN), présidée par Brahim Boughali, président de l’Assemblée, en présence de la ministre des Relations avec le Parlement, Basma Azouar et membres du gouvernement, M. Belaribi a précisé que la révision du montant de la subvention de l’habitat rural, estimée à 700.000 Da -si les revenus du bénéficiaire sont inférieurs ou égaux à 6 fois le revenu national minimum garanti (SNMG)- et 1 million Da dans les wilayas du Sud, « n’est pas prévue à présent », indiquant qu' »il est possible d’étudier l’augmentation de cette subvention ultérieurement ». Ce type de logement s’inscrit dans le cadre de la politique de développement des zones rurales, de sédentarisation de la population et d’incitation à la réalisation d’un logement décent dans son environnement par l’auto-construction, dans la mesure où le bénéficiaire doit y contribuer avec un lot de terrain et une somme d’argent pour complémenter l’aide de l’Etat, a-t-il expliqué. De surcroît, les prix des matériaux de construction n’ont pas augmenté à l’exception du fer, a assuré M. Belaribi, démontrant, à travers une étude réalisée par ses services, que le montant de réalisation d’un logement rural d’une superficie de 64 M² est estimé à 613,554 Da, soit un montant proche de la subvention financière qu’accorde l’Etat à cette formule d’habitat. A une question sur la substitution de logements sociaux d’une pièce par des logements d’une superficie plus grande pour les familles nombreuses, le ministre a indiqué que cette question était tranchée par une instruction émise par son département à l’attention des walis le 21 janvier 2002, laquelle prévoit l’interdiction de la réalisation de logements de type F1, rappelant qu’un grand nombre de résidents de F1 ont été relogés dans des logements de deux ou trois pièces. Cette question a été prise en charge en vertu des dispositions de l’article 32 du décret exécutif n 08-142 du 11 mai 2008 fixant les règles d’attribution du logement public locatif qui stipule que « tout occupant d’un logement locatif relevant du patrimoine public rendu attributaire d’un logement est tenu de libérer les lieux avant la remise des clés du nouveau logement ». Concernant le nombre de logements F1 relevant de l’Office de gestion immobilière de la wilaya de Médéa, le ministre a révélé que leur nombre avoisine 1.644 unités, faisant observer que le nombre de familles relogées dans des logements F3 ou des logement F1 modifiés s’élève à 81 familles. Interrogé sur les raisons du retard accusé dans la réalisation du projet de 7.000 logements location-vente « AADL 2 » Sidi Sarhan dans la commune de Bouinan (wilaya de Blida), M. Belaribi a rassuré que le taux de réalisation du projet « a atteint 92 % ». Le retard accusé dans l’aménagement extérieur est dû aux reliefs montagneux et le grand nombre de logements » rappelant le transfert de l’aménagement à l’AADL pour une meilleure maitrise des travaux qui ont connu récemment « un avancement considérable », selon le ministre. En réponse à une question de la presse, en marge de la plénière, sur le programme de distribution de logements au cours de cette année, le ministre a cité 60.000 logements, toutes formules confondues, relevant que ses services œuvrent à dépasser ce chiffre. S’agissant du nombre de logements qui seront distribués à l’occasion du 60e anniversaire de l’indépendance et de la fête de la Jeunesse, le ministre n’a pas communiqué les chiffres, affirmant qu’il s’agissait d’un record par rapport aux années précédentes ».

T.A.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code