Situation difficile des entreprises du Bâtiment : Les préoccupations de l’AGEA et les engagements d’Aïmene Benabderrahmane

La situation d’extrême difficulté dans laquelle se trouvent les entreprises du secteur du Bâtiment, durement impactées par la crise sanitaire depuis plus de deux ans a été au centre des discussions qui ont eu lieu au palais du gouvernement entre le Premier ministre, Aïmene Benabderrahmane, et une délégation de l’Association générale des entrepreneurs algériens (AGEA), conduite par son président Mouloud Kheloufi et comprenant des membres du bureau de l’association.

Par K. Bensalem

A l’occasion de cette audience, les représentants de l’AGEA ont surtout mis l’accent sur l’organisation prochainement des 4èmes Assises du BTPH, la nécessité de la révision du code des marchés publics et par voie de conséquence du cahier des charges, la réouverture du dossier des zones d’activité, la prise en charge des surcoûts liés à la crise du Covid et la création de commissions de recours dans les wilayas pour la prise en charge des préoccupations des opérateurs du secteur. Après avoir entendu les préoccupations des opérateurs économiques, le Premier Ministre a affirmé que les chantiers de réforme lancés par le Gouvernement permettront de mettre en place un écosystème adéquat et d’assurer l’accompagnement de l’État à l’effet de consolider le tissu des entreprises et de leur permettre, ainsi, d’être un acteur majeur dans le développement du pays au sein d’un environnement de concurrence loyale et dans le cadre de la transparence et de la confiance mutuelle entre toutes les parties. Lors de cette rencontre, le Premier ministre a passé en revue avec les membres de la délégation la nouvelle vision adoptée par le Gouvernement, issue des 54 engagements du président de la République, en vue d’instaurer les bases d’une économie nationale forte et libérée du système de la rente, et ce à travers une exploitation optimale des potentialités du pays et ses ressources naturelles et humaines et aussi l’orientation vers de nouveaux secteurs stratégiques permettant de diversifier l’économie nationale, d’atteindre l’autosuffisance en produits de base et de s’intégrer dans les chaînes de valeur internationales. L’Association générale des entrepreneurs algériens (AGEA) n’avait eu de cesse d’attirer l’attention des pouvoirs publics sur la situation préoccupante des entreprises du BTPH, notamment à la suite des conséquences, parfois dramatiques causées par la crise du Covid. En mars dernier, l’association avait formulé 14 recommandations pour la relance du secteur du BTPH. Dans un document regroupant 14 propositions issues des conclusions d’une réunion du bureau national de l’AGEA tenue le 9 mars, l’organisation professionnelle a appelé à organiser dans les meilleurs délais possibles les 4èmes Assises nationales du BTPH pour relancer la renaissance du secteur, incluant des ateliers spécialisés autour du code du commerce, du code de l’investissement, du code des marchés publics et du code de travail. Outre ces assises, l’AGEA recommande « la prise en charge des surcoûts liés au Covid-19 par l’annulation des charges fiscales et sociales des deux derniers exercices » et « la dépénalisation fiscale et parafiscale des entreprises du secteur, la mise en place d’un mécanisme d’incitation à l’investissement local, la mise en place d’un plan massif de rénovation de consommation énergétique des bâtiments et le retour à un taux réduit de TVA à 7% pour l’ensemble des travaux ». Afin de mettre un terme ou atténuer la spéculation dans le marché dela location immobilière, l’AGEA recommande d’encourager l’entreprise nationale à construire des habitations destinées pour 50% à la location et 50% à la vente. Concernant les bureaux d’études (BET), l’organisation appelle à confier les études et les missions de conception et de suivi des projets de l’Etat à des B.E.T algériens par des concours d’architecture ou concours de projet. De plus, l’AGEA recommande de mettre en place un mécanisme de mise à disposition de zones d’activité du BTPH par wilaya, d’inclure l’AGEA dans les commissions de wilayas chargées des marchés et de l’investissement en rapport avec le BTPH, de mettre en place un observatoire national pour la PME/PMI/TPE et d’associer l’université aux association patronales. Il s’agit aussi selon l’AGEA de mettre en place des mécanismes d’implication « effective » des banques leurs permettant de s’investir pour accompagner les entreprises dans la réalisation et le suivi des projets de construction. L’organisation professionnelle évoque également la mise en œuvre de la charte partenariat public-privé (P.P.P), proposant l’installation des organes de travail pour la bonne mise en œuvre des textes d’application relatifs à la loi. Le patronat du BTPH estime que la Construction représente près de 1,5 million d’emplois et près de 350.000 entreprises en Algérie, essentiellement des TPE /PME.

K.B.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code