Hydrocarbures, logement et médicaments : Les engagements du gouvernement

Le Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane, a annoncé à Alger, que le Gouvernement œuvrerait à poursuivre les investissements dans l’extraction et le développement dans le secteur des hydrocarbures, en les augmentant de 7,4 mds USD en 2021 à près de 10 mds USD en 2023.

Par Abdelkrim Salhi

Présentant le Plan d’action du gouvernement (PAG) devant les députés de l’APN, le Premier ministre a indiqué que son Gouvernement “œuvrera à poursuivre les investissements dans l’extraction et le développement dans le secteur des hydrocarbures, en les augmentant de 7,4 mds USD en 2021 à près de 10 mds USD en 2023, ce qui permettra d’augmenter la production commerciale primaire dans la filière hydrocarbures de 187 millions de tonnes d’équivalent pétrole (TEP) en 2021 à 195,9 millions TEP en 2023″. Dans le même contexte, il a affirmé que les efforts du Gouvernement abonderont, dans le cadre de son plan d’action, au développement des secteurs qui constituent des leviers pour la croissance économique et le développement, d’autant plus que les réformes entamées par l’Etat en vue du développement du secteur de l’énergie et des mines se poursuivront, à travers la valorisation des ressources naturelles, grâce à l’augmentation du transfert dans le secteur des hydrocarbures de 30% actuellement, à 50% en 2022. Il a ajouté que le Gouvernement œuvrera à l’exploitation de la richesse minière, ajoutant qu'” elle a pâtit de l’inexistence d’une stratégie nationale aux contours clairs et il est temps d’œuvrer à la promotion de ce secteur, à même de permettre de répondre aux besoins nationaux en matières premières minérales et, partant, réduire la facture d’importation”. Evoquant la transition énergétique, M. Benabderrahmane a indiqué que le Gouvernement lui a accordée “une attention particulière et l’a placée au centre” de son programme d’action car elle contribue grandement à la croissance économique à la faveur des richesses que recèle notre pays en matière d’énergies renouvelables à l’effet de réaliser la sécurité énergétique et assurer un développement vert et durable à travers la réalisation de 15.000 mégawatts d’énergies renouvelables d’ici à 2035. Par ailleurs, le Premier ministre a affirmé qu’il sera procédé avec détermination au développement des filières industrielles qui contribuent à la diversification économique par voie de création d’une instance jouissant de larges prérogatives pour la gestion des mécanismes octroyant divers avantages et incitations aux entreprises industrielles en vue de mieux cibler ces avantages et orienter les investissements industriels vers les régions à grandes potentialités et définir les activités en recul. Le Premier ministre a précisé que le Gouvernement oeuvrera à développer les capacités industrielles nationales aux fins d’autosuffisance et orienter le surplus vers l’exportation après réunion des conditions de compétitivité.

Plus de 579.500 logements à distribuer pendant la période 2021-2024

Le Premier ministre, ministre des Finances, a affirmé que le gouvernement comptait livrer plus de 579.500 logements, toutes formules confondues, pendant la période 2021-2024, lesquels seront réalisés dans le cadre du nouveau programme du président de la République portant la construction d’un million de logements. Il a déclaré qu'”outre le parachèvement et la livraison des programmes en cours de réalisation à savoir 842.823 logements, toutes formules confondue restant des précédents programmes, le gouvernement compte livrer plus de 579.500 logements à distribuer pendant la période 2021-2024″. Ces logements seront réalisés dans le cadre du nouveau programme du président de la République portant la construction d’un million de logements, “à même d’améliorer le Taux d’occupation des logements (TOL) d’ici 2024”.  Le gouvernement reste déterminé à trouver toutes les réponses idoines en garantissant l’accès du citoyen à un “logement décent”, selon des formules adaptées existantes ou à créer, en ciblant en priorité les ménages à faibles revenus et en assurant la justice sociale, a-t-il dit. Le gouvernement s’engage également à intensifier la production de logements, “à mobiliser et à orienter plus efficacement les ressources financières” par la création d’une banque de logement et un organisme de gestion du foncier urbain tout en poursuivant l’éradication totale des bidonvilles. Le PAG prévoit l’achèvement des programmes publics visant une meilleure alimentation en énergie, à savoir le programme de raccordement de 398.000 foyers en gaz et 112.000 foyers en électricité, ainsi que les autres programmes complémentaires au niveau des villes nouvelles, pôles urbains et zones industrielles, a ajouté le Premier ministre.

Réduction de 500 millions de dollars dans la facture des importations de médicaments en 2021

Aïmene Benabderrahmane, a indiqué que la relance du secteur de l’industrie pharmaceutique avait permis une baisse de la facture d’importation, avec une économie de 500 millions de dollars escomptée pour l’année 2021 et le maintien de ce rythme les années à venir. Le premier ministre a précisé que “la relance du secteur de l’industrie pharmaceutique avait permis une baisse de la facture d’importation, avec une économie de 500 millions de dollars escomptée pour l’année 2021”, ajoutant que le Gouvernement entendait “maintenir ce rythme les années à venir, en veillant à asseoir les bases d’un partenariat rentable fondé sur le transfert de technologie”. Le Premier ministre a également souligné la volonté du Gouvernement d’atteindre l’autosuffisance dans le domaine de la fabrication de médicaments pour accéder aux marchés extérieurs. Soulignant le caractère “prioritaire” de l’industrie pharmaceutique dans le Plan d’action du Gouvernement, M. Benabderrahmane a mis en avant les efforts du Gouvernement pour asseoir une sécurité sanitaire et poursuivre le processus de développement de ce secteur. Selon lui, les investissements seront orientés vers les médicaments à haute valeur ajoutée, notamment les médicaments anticancéreux, les insulines et autres produits strictement importés de manière à couvrir 70% des besoins nationaux et à réduire les déséquilibres de la balance commerciale.

A.S.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code