MOSTAGANEM : M. Rachid Benaissa insiste sur le développement de l’agriculture de montagne

Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, M. Rachid Benaissa a insisté, lundi à Mostaganem, sur le développement de l’agriculture dans les régions montagneuses. Dans une déclaration à la presse en marge de sa visite d’inspection dans la wilaya à la veille de la célébration

de la journée mondiale de la montagne coïncidant avec le 11 décembre de chaque année, M. Benaissa a indiqué que l’agriculture de montagne contribue à hauteur de 16 pour cent de la production agricole nationale, celle des hauts plateaux et du littoral avec 42 pc et de la région du Sud notament les wilayas d’El Oued et Biskra avec 18 pc. “L’Algérie accorde une grande importance au développement des zones montagneuses”, a précisé le ministre mettant l’accent sur “la nécessité de sensibiliser la population sur la protection et le développement de ces zones pour leur importance écologique et socioé-conomique”. Au site du projet de proximité de développement rural intégré (PPDRI) au douar “Rouaouna” dans la commune de Benabdelmalek Ramdane, M. Rachid Benaissa a présidé les festivités de célébration de cette journée mondiale sous le slogan “le développement rural durable et  l’environnement et le rôle de la montagne dans la guerre de libération nationale”, coïncidant cette année avec le cinquantenaire du recouvrement de la souveraineté nationale. Le ministre a indiqué que plusieurs activités ont été programmées à cette occasion à travers le pays, à l’instar de portes ouvertes sur les parcs nationaux, des conférences, des tables rondes aux établissements scolaires et de formation, des émissions télévisées et radiophoniques et des campagnes  de reboisement à la mémoire de chouhada avec la participation d’élèves, des scouts musulmans algériens (SMA) et le mouvement associatif. La politique de renouveau rural qui concerne également les zones montagneuses contribuera à la création au niveau national de plus d’un million de postes d’emploi à l’horizon 2014 et le traitement de plus de 8 millions d’hectares. Les résultats obtenus dans le cadre de l’application de ce programme ont porté sur 5.650 PPDRI lancés à travers 1.090 communes et qui ont touché 832.000 familles, soit l’équivalent de 4 millions d’habitants, a encore souligné M. Benaissa. Il est programmé aussi l’aménagement intégré de 80 bassins versants sur une superficie de 11 millions d’hectares à travers 30 wilayas pour une population de 7 millions d’habitants, a t-il encrore indiqué. Le ministre de l’agriculture et du développement rural a visité l’exploitation agricole de la commune de Sirat spécialisée dans la culture de la pomme de terre sur une superficie de30 ha. Pour rappel, M Rachid Benaissa a présidé à Mostaganem l’ouverture des travaux d’un colloque sur “la valorisation des produits agricoles algériens” avec la participation d’experts et chercheurs algériens et de l’Union européenne, d’opérateurs économiques, d’agriculteurs et de représentants d’instances concernées.

« Adapter la connaissance traditionnelle au savoir scientifique pour améliorer le produit agricole »

Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, M. Rachid Benaissa a insisté, lundi à Mostaganem, sur la nécessité d’adapter la connaissance traditionnelle au savoir académique et scientifique pour améliorer le produit agricole sur le plan qualitatif et quantitatif. Présidant l’ouverture d’un colloque sur “la valorisation des produits agricoles algériens”, M. Rachid Benaissa a souligné que l’agriculture vit une profonde mutation suite à l’élimination de plusieurs entraves et obstacles, ce qui permet aujourd’hui aux agriculteurs, éleveurs et industriels d’investir dans le secteur pour un meilleur produit et un meilleur rendement. Le ministre a mis également l’accent sur la nécessité d’accompagner ceux qui désirent investir et constituer une force pour accroître et améliorer le rendement et pouvoir réussir la “révolution verte” alliant la connaissance traditionnelle et le savoir académique.  En outre, il a insisté sur la protection du sol contre les polluants et la préservation de sa qualité qui caractérise le produit algérien, citant dans ce sens l’exemple des dattes “Deglet nour” et de l’huile d’olive. M. Rachid Benaissa a ajouté que ce travail nécessite un effort et de grands moyens indiquant que son département ministériel oeuvre dans ce sens à travers le partenariat avec l’Union européenne (UE) qui dispose d’une expérience en matière d’amélioration de la qualité et l’accroissement des capacités de production. Le ministre a également souligné que ce colloque organisé à l’initiative du ministère et le soutien de l’UE constitue une occasion d’échange d’expériences pour des perspectives d’avenir à même de valoriser les produits agricoles locaux et imprégner une valeur ajoutée à la production. Le directeur général de l’agriculture et du développement rural au Conseil européen, M. José Manuel Silva Rodriguez a affirmé que le développement de stratégies agricoles et la promotion des domaines de la coopération entre l’Algérie et l’Union européenne dans le domaine agricole doivent se concentrer sur les investissements et encourager la formation pour relancer le secteur et instaurer le développement durable. Ce colloque de deux jours, auquel participent des experts et chercheurs algériens et de l’Union européenne, le représentant du chef de la mission de l’Union européenne en Algérie, des opérateurs économiques, des agriculteurs et des représentants des ministères du Commerce et des Affaires étrangères, des Douanes, a pour objectif d’échanger les expériences dans le domaine de  l’agriculture biologique.  Les travaux de cette rencontre se poursuivront mardi par la présentation d’une série d’interventions abordant, entre autres, la valorisation économique et ses indicateurs au marché européen et  les retombées économiques de l’agriculture bio.

APS

   

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code